Fondation de Bamako - bambara - français

Ecoutez, bonnes gens qui aimez les histoires !
Ceci n'est pas un conte, un récit illusoire...

...Ce fut ainsi qu'à Bamako la chefferie
Fut transmise aux Nyaré.
Sinon, son fondateur était un Traoré
Venu chasser au bord de l'eau dans les prairies.

Cɛ min ye Sanankɔrɔba sigi, a tɔgɔ ko Cɛnnege. A tun bɛ fɔ a ma ko Nkalannin Cɛnnege. Nkalannin bɛ jamani min na sa, a bɛ yɔrɔ o yɔrɔ, ne kɔni tɛ o dɔn, nka, Nkalannin Cɛnnege nana ka na Sanankɔrɔba sigi. A ye Sanankɔrɔba tu tigɛ ka sigi Sanankɔrɔba.
Kulubali dɔw, a ni u jɛra ka sigi. A bɛ ikomi badenya bɛ an ni u cɛ, an ka Nɔɔka babonda ni Kulubali babonda nin cɛ. N tɛ badenya in nasira dɔn, nka hali bi kɔni, an tɛ ɲɔgɔn furu. A bɛ fɔ o Kulubali babonda ma ko Nitwakaw.

Nkalannnin Cɛnnege bangenna kosɛbɛ ka bugun ka kɛ duguba ye. A mɔden dɔ kɛra donso ye. O tun bɛ sogo faa kosɛbɛ fɔ k'a dama tɛmɛ. O y'a sɔrɔ Bamakɔ yɔrɔ min don, kɔ woyota tun don. Yɔrɔ dɔw tun ka kunba dɔɔnin. Maakɔrɔ y'a fɔ cogo min, mɔgɔ tun bɛ se k'i sagon kɔ in yɔrɔ dɔw la. Ni n y'a fɔ kɔ, Bamakɔ ba kelen in ko don. A tun bɛ fɔ nin ma ko Bamamakɔ. Sisan kɔni, a kɛra jeliba ye.

Donsokɛ in ka kungotaayɔrɔ tun don. A ye sogofaa kɛ kosɛbɛ. Samiya fara tilema kan, a ye baara fɛn o fɛn min ɲɛdɔn, o ye donsoya ye. A nana kɛ sa, a ka sogodonita tun bɛna ci sa badenw ma dɔɔnin. U tun tɛ ci sɔrɔ k'a kɛ. Badenw y'a bila. U tun tɛ sɔn a ka sogoboso ma bilen ka o doni.

A y'a jigi don Nitwakaw la. Nitwakaw fana sɛgɛnna. Badenw y'a fɔ a ye ko min ka fisa, o ka kan ka bugudanin sigi bamamakɔ da la ko tɛmɛbaatɔw na sogo san yen. Bamamakɔ in tun ye yɔrɔ ye, sirakun tun don, Julaw tun bɛ tɛmɛ a sira fɛ, Surakaw tun bɛ tɛmɛ, Marakaw tun bɛ tɛmɛ. Fɛn o fɛn ni o bɛ jamani sɔtigɛ ni taama ye, u bɛ tɛmɛ-tɛmɛ siraba kelen in fɛ.

Badenkɛ in ye a badenw ka kuma ye k'a fɔ de ko tiɲɛ don. A taara buguda sigi bamamakɔ da la. O y'a sɔrɔ surakaw fana bɛ wuli ni baganw ye ka taa ji da la. U bɛ tilema kɛ. Surakakɛ dɔ taara a sɔrɔ yen. A ni o diyara. Ɲare dɔ fana ye a sɔrɔ yen. O fana ye a basigi a fɛ yen.
Cɛ saba in kɛra badenma ye yen. U bɛɛ ye siso jɔ yen, ka fara Nɔɔkakɛ in kan. U nana deli ka ɲɔgɔn kuntilenna dɔn. O y'a sɔrɔ Tarawelekɛ in ta ye buguda ye, a bɛ buguda kunkokuma fɔ. Fɛn o fɛn bɛ kɛ, a bɛ o fɔ.

Ɲarekɛ ni surakakɛ y'a ye k'a fɔ ko u delila, ko maa caman bɛ tɛmɛ sira in fɛ yen, minnu bɛ jamani taama ka nafolo ɲini. U y'a fɔ Nɔɔkakɛ ye ko u k'u jija ka don filɛlikɛlaw kan waasa yɔrɔ nin bɛ se ka kɛ dugu ye cogo min, ko u k'u cɛ siri o fɛ. Tarawelekɛ fana y'a ye ko u cɛ sirilen bɛ k'a dɛmɛ. A ko u ye 'kuma min ye u da, tiɲɛ don, a fana kɔnɔko tun don k'a fɔ, nka, ni u da sera a ma, o diyara ale ye. Min don, o cɛ fila, ale bɛ u bɛɛ ci u taayɔrɔ la, ale fana bɛ taa a taayɔrɔ la dɔnnikɛla sɛgɛrɛ.'

Cɛ saba in tilara ka taa. U bɛɛ taara u taayɔrɔ cɛndalaw sɛgɛrɛ. Ala y'a kɛ, cɛndala saba in, u tɛ dugu kelen ye, u tɛ mɔgɔ kelen ye fana, nka, u kan kɛra kelen ye. U seginna ka na. U ye ɲɔgɔn ye Nɔɔkakɛ bara. U ye ɲɔgɔn fo.

Nɔɔkakɛ ko bɛɛ cɛ sirilen bɛ ale ye, ale fɔlɔ de bɛ a dantigɛ. O tuma na fɛ, ale sera filɛlikɛla in ma. Filɛlikɛla in, a ye a kunko lajɛ. A ko a ye ni an sago bɛ dugu in ka kɛ dugu ye, ale bɛ saraka dama dɔ fɔ an ye. N'an sera k'o bɔ, dugu in bɛ sabati fɔ jamani kun tan ni naani ka a ko ladɔn. O saraka ye min ni min ye, o filɛ nin ye : npogotigi cɛlataabali, ani siralan kura ni muru kura, ani filen kama, ka u da jumadon sɔgɔmada fɛ, ka Ala madeli o kan. Npogotigi cɛlataabali nin, ka o da k'o kan tigɛ ni muru kura in ye, ka o joli kɛ ka filen kama fa, ka siralan kura in ta, ka yaala, ka joli in seri... Joli in kɔni sera dugukolo yɔrɔ o yɔrɔ la u dafɛlan na yen, dugu na sabati fɔ ka se o yɔrɔ bɛɛ la.

Ka Nɔɔkakɛ to dantigɛbɔ la, Ɲarekɛ wo, Surakakɛ wo, u bɛɛ kabakoyalen tora, katugu min fɔra u ye ni u ma a lakali fɔlɔ, o lakalitɔ ye nin ye Tarawelekɛ fɛ. Bɛɛ y'u dantigɛ. Filɛlikan kɛra kelen ye.

Nɔɔkakɛ dun ko «tiɲɛ de ka fisa,dugu o ka sabati, o ka di ne ye, nka, k'a fɔ ko ne bɛ se ka n woloden di ka Ngala madeli a kan k'a kan tigɛ, ne tɛ se k'o kɛ.»
Surakakɛ fana ko : 'Mɔrrɔ ! Dugu sabatira wo, dugu in ma sabati wo, ale den, ko ale tɛ se ka o kan tigɛ.

Ɲarekɛ in dusu bɔlen tora. A ko denmuso kelen bɛ ale fɛ, ni u kɔni sɔnna, ale bɛ denmuso kelen in kɛ saraka ye, nka, ni ale denmuso de kan tigɛra, dugu sabatira sa wo, dugu in ma sabati sa wo, dugu in tigiya ka di ale ma.
Nɔɔkakɛ sɔnna o ma, Surakakɛ sɔnna o ma, katugu u sigilen tun bɛ yɔrɔ min na, u bɛɛ tun bɛ nafaba sɔrɔ yen. u tun bɛ lafiya yen.

U sɔnna o ma minkɛ, u nana ka muru kura ɲini, ka siralan kura ɲini, ka filen kama ɲini. U sɔrɔlen, jumadon sɔgɔmada fɛ, Ɲarekɛ nana ni a denmuso sungurun in ye, a kɔgɔ falen don, a tɛ cɛ dɔn fɔlɔ. U nana u ka jama lajɛyɔrɔ la ka na Ala madeli nin fɛn naani kan. Ala madelilen u kan, Ɲarekɛ in ye a denmuso da ka a kan tigɛ, ka a joli kɛ ka filen kama fa. Joli kɛlen ka filen kama fa, Ɲarekɛ ko sani maa wɛrɛ ka o joli seri, Nɔɔkakɛ min ye donso ye, a ye kungokolo fan bɛɛ dɔn. O tuma na fɛ, a ka yaala ni joli in ye, ka joli in seri kungokolo la.
Nɔɔkakɛ ye joli filenkamama ta ani siralan kura. A tun bɛ yaala yɔrɔ o yɔrɔ, a yaalala ka joli dɔ seri o yɔrɔ bɛɛ la.
Bamakɔ kɔni tigiya yɛlɛmana Ɲarew la nin cogo la tan, n'o tɛ Bamakɔ tigi, o ye Nkalannin Cɛnnege mɔden dɔ ye, min bɔra Sanankɔrɔba ka na sigi bamamakɔ da la donsoya kama.
Maakɔrɔ y'a fɔ ne ɲɛ na cogo min, ntalen tɛ, nsiirin tɛ, a bɔlen bɛ tiɲɛ fɛ.

B.Tarawele (+ 2006) kan don, ka bɔ Siraninduuru

 

Ecoutez, bonnes gens qui aimez les histoires !
Ceci n'est pas un conte, un récit illusoire.
Il transpire le vrai. Tel je l'ai entendu,
Tel je vous le transmets, et si je l'ai rendu
Sans en rien oublier, gardez-en l'héritage !

Au temps de mon enfance à Siranindourou*,
Quand mon père en était le grand chef de village,
Un vieux Traore*, chaque année, peu ou prou,
A ses lointains parents venait rendre visite
Apportant en cadeau du sel et du tabac.
Il arrivait tout droit de Sanankoroba*,
Berceau de la famille où nos cousins habitent.

Notre ancêtre, dit-il, s'appelait Tyènnégé,
Nkalanin* Tyènnégé. Il défricha la brousse
A Sanankoroba. A lui se sont ligués
Quelques Kouloubali*. Leur alliance fut douce.

Comme celle d'enfants issus de même mère,
De sorte qu'entre nous on ne se marie pas...
Le village grandit et se développa,
Tandis que Tyènnégé devenait vieux grand père.

Un de ses petits-fils, grand amateur de chasse
Sillonnait le pays, en quête de gibier,
Traversant le Niger (sans se faire mouiller)
De rocher en rocher, quand les eaux se font basses.
On appelait ce gué du nom de «Bamako»,
Ce qui veut signifier «la rivière aux crocos». (Crocodiles)

Notre chasseur tuait tant et si bien
Que la viande à porter dépassa la mesure
Et s'en vint contrarier les travaux de culture.
Il resta seul, lui et ses chiens
Quand les Kouloubali, eux aussi, se lassèrent.

«La chasse est ta passion, constatèrent ses frères.
Installe donc ta case au bord du 'Bamako'
Tu vendras ton gibier en ce point de passage
A qui veut traverser la rivière aux crocos.»

Le chasseur reconnut que l'avis était sage
Et fixa son hameau à l'endroit suggéré...

Un pasteur souraka* qui parcourait les rives
Vint l'y trouver, de même qu'un Nyaré*.
Ils ont sympathisé de manière si vive
Qu'ils se sont implantés auprès du Traoré.

Les trois chefs de famille étaient comme des frères.
C'était de vrais amis qui ne se cachaient rien.
Installé le premier, Traoré, chef de terre,
Présidait les palabres, réglant tout avec soin.
Le Nyaré et le Maure, en voyant leur entente
Et l'intérêt du lieu, ont dit au Traoré
«Demandons aux devins ce qui peut procurer
Le succès au hameau de manière éclatante.»
«J'y pensais, répond-il. Le projet n'est pas vain.
Et, puisqu'on est d'accord, voici ce qu'on va faire.
Je vais vous envoyer chacun chez un devin.
Moi-même m'en irai chez un autre compère.»

Tous les trois sont partis, chacun de son côté.
Et tous les trois devins, sans s'être concertés,
Ont rendu leur oracle. Il était similaire !

Le Maure et le Nyaré, de retour au village,
Rejoignent Traoré, saluent comme d'usage.
Le chasseur dit alors «Vous avez eu à coeur
Mes intérêts. Aussi, dans cette grave affaire
Je vais parler d'abord... 'Pour assurer grandeur
Et gloire au hameau, voici ce qu'il faut faire,
M'a bien dit le devin. En serez-vous capables ?
Si oui, le hameau grandira
De manière incroyable
Et tout le monde en parlera.
Qu'un vendredi matin, sur le lieu de l'offrande,
Une vierge dépose un petit balai neuf,
Un couteau neuf,
Dans une calebasse neuve et grande.
Une fois présentée à Dieu votre demande,
Egorgez la fillette avec le coutelas,
Versez son sang dans cette calebasse,
Trempez-y le balai, emportez-la.
Parcourez le pays, dévorez les espaces.
Aussi loin que le sang aspergera la terre,
La ville s'étendra...»

Pendant tout ce rapport,
Le maure et le Nyaré bouche bée demeurèrent,
Car, tout ce qu'ils avaient à dévoiler encor,
Traoré l'avait détaillé
Sans en rien oublier...
Quand chacun eut parlé, aucune dissonance !
L'oracle des devins avait même exigence !

Alors Traoré dit «Le vrai est préférable !
Le succès du hameau n'est pas à négliger,
Mais, que j'offre ma fille à Dieu pour l'égorger,
Je n'en suis pas capable.»

Le maure aussi de s'écrier « Jamais !
Que prospère ou non le village,
La mort de mon enfant n'en sera pas le gage !»

Nyaré, déterminé, reste seul et promet
«Je vais donner ma fille en sacrifice.
Mais, dans ce cas, prospérité ou non,
La gestion du hameau reviendra à mon nom.»

Tous les deux acceptèrent en disant «C'est justice !»
Car là où ils étaient, ils vivaient dans l'aisance
Et chacun y trouvait son profit (Dieu merci !).

L'accord conclu, arriva l'échéance.
Tout était prêt : balai, couteau, la fille aussi.
Un vendredi matin, avant que le jour brille,
Nyaré invoqua Dieu et sacrifia sa fille.
Le sang versé emplit la calebasse
Qu'il confia au chasseur en lui disant
«Le plus loin que tu peux, les endroits où tu passes,
Avec ce balai neuf, asperge-les de sang.»

Ce fut ainsi qu'à Bamako la chefferie
Fut transmise aux Nyaré.
Sinon, son fondateur était un Traoré
Venu chasser au bord de l'eau dans les prairies.

Ceci n'est pas un conte, un récit illusoire.
De la bouche à l'oreille il a transmis l'Histoire.
Tel je l'ai entendu,
Tel je vous l'ai rendu.

B.Traore de Sirarinduuru

(Tradition orale des Tarawele recueillie en fin mars 1975 à Falajɛ et adaptée en vers français par Baabilen Kulubali)

***
* Siraninduuru (Cinq petits baobas), Nkalanni,
Sanankɔrɔba: noms de villages
* Traoré, Kouloubali: noms de familles bambara
* Nyaré: nom de familles Sarakolé
* Suraka: Maure