Contes moraux - Ta-tɛ-ɲa ou Mr ne-réussit-pas

Ta-tɛ-ɲa ou Mr ne-réussit-pas

C'est l'histoire d'un jeune homme sans famille, courageux, mais qui n'arrive pas à s'en sortir de sa misère. On le surnommait ' Mr ne réussit pas'. Il consulte les devins qui lui donnent une seule graine d'arachide 'travaillée' par eux, en lui recommandant de ne rien cultiver d'autre. Il suit la consigne et voit son plant mirifique envahir le champ tout entier. Il le contemple chaque matin, plein d'espoir. Quand il décide de le récolter, dans la même nuit, un éléphant vient le lui arracher et l'emporte au loin. A l'aube, Ta-tɛ-ɲa ne trouve plus rien que les empreintes des pattes de l'éléphant. Il le piste et rencontre successivement dans des clairières quantité de poules et de coqs, de chèvres et de moutons, de boeufs et de vaches, de garçonnets et de fillettes, de forts gaillards et de jeunes filles. Tous lui font une même proposition :' Nous sommes sans propriétaire, sans maître, prends-nous avec toi.' A chaque fois, Ta-tɛ-ɲa la décline, car il veut absolument retrouver son plant d'arachide ensorcelé. Finalement, il rejoint l'éléphant endormi, avec le plant d'arachide à son côté.

Il le réveille. L'éléphant lui dit :' Tu veux ton plant d'arachide? Il est là avec toutes ses coques, je n'y ai pas touché. Vérifie !' Vérification faite, il n'en a pas croqué une, mais elles sont toutes vides, sans aucune graine. L'éléphant lui dit, 'En venant, tu n'as rencontré personne ? Vraiment, tu ne réussiras jamais'... Morale : il y a des gens qui ne réussiront jamais, car ils n'écoutent jamais les conseils. Quant aux devins, ce ne sont que des coques vides !


 

 


Mɔgɔ dɔ tun bɛ fɔlɔ, a tɔgɔ tun ko Ta-tɛ-ɲa. Ta-tɛ-ɲa ye mɔgɔ min ye, a tun ka kisɛ, mɔgɔ si tun tɛ a bɔ kisɛya la. A tun bɛ baara min kɛ, mɔgɔ tun tɛ se k'o ɲɔgɔn kɛ, nka, a tun tɛ foyi sɔrɔ. Ta-tɛ-ɲa kɔnɔganna. A ye dɔnnikɛla dɔw komɛn. A taara u sɛgɛrɛ. Dɔnnikɛlaw ko : 'Nin tɛ baasi ye'. U jɛra ka u hakili fara ɲɔgɔn kan ka tigakisɛ kelen baara ka dugaw kɛ o kan k'a di Ta-tɛ-ɲa ma ko a ka taa jiri tigɛ ka waa bɔ ka tigakisɛ kelen in dan. A kana ɲɔ dan, a kana fɛn wɛrɛ dan tigakisɛ kelen in kɔ. A kan'a to bin ka bɔ a kɔrɔ.
Ayiwa, dɔnnibaaw y'a fɔ Ta-tɛ-ɲa ye cogo min, Ta-tɛ-ɲa taara a kɛ ten. A ye jiritu tigɛ k'o waa bɔ k'a kɛnɛ bonya kosɛbɛ. A ye tigakisɛ kelen in dan, a ma ɲɔ dan, a ma tiga wɛrɛ dan, a ma fɛn wɛrɛ dan... Tigakisɛ kelen in dannen, a falenna. A y'a kɔrɔsyɛn, ka segin ka taa a kɔrɔsyɛn, ka segin ka taa a kɔrɔsyɛn, ka tigakisɛ kelen in ɲɛ, k'a ɲɛ fɔ ka taa a fɔ ko a ɲɛna. Tiga in ye ku sɔrɔ ka na den. Tiga ɲakojugu sa, dugu tun tɛ se ka jɛ ni Ta-tɛ-ɲa ma taa i ɲɛ da tigaju la... Ayiwa, k'a sɔrɔ tiga ma se senini ye dɔɔnin, sama nana don dɔ su fɛ. A nana Ta-tɛ-ɲa ka tigaju kelen in bɔ. A taara n'a ye kungo fɛ, ka taa n'a ye ka taa n'a ye fɔ a sɛgɛnna yɔrɔ min k'i da.
Dugu jɛlen sa, Ta-tɛ-ɲa nisɔndiyalen a ka tiga ɲalen na, a taara a ɲɛ da a la. A taar'a sɔrɔ a ka tigaju kelen bɔlen don. Sennɔ min bɛ yen, o ye sama sennɔ ye. A ko : 'Sama de bɔ'n bɛ ne ka tiga bɔ su rɔ'. I y'a dɔn sama nɔbɔ kɔni, n-y-'a-ɲini tɛ o rɔ, i bɛ o filɛ ka taa o nɔ fɛ. A taara sama nɔ fɛ. Foyi tɛ Ta-tɛ-ɲa bolo ni dabaninkurun kelen tɛ. Ta-tɛ-ɲa ye sama nɔ minɛ. A bɛ kasi la...
A taara bila fugakɛnɛ dɔ kan, sama tun ye fugakɛnɛ in cɛ ci, nka, syɛw kɛlen bɛ ka fugakɛnɛ in fa tewu ! Syɛmusow ni donokɔrɔw ni syɛwalanw ni syɛbugunw. A ye syɛw fo. Syɛw y'a laminɛ. A ye syɛw ɲininka ko : 'Aw ma sama ye yan?' . Ko : ' Hi ! Sama tɛmɛna yan kabini maa ma da, ko mun bɛ e ni sama cɛ? ' ko ' Hun ! Ko dɔnnikɛlaw ye tigakisɛ kelen baara k'a di ne Ta-tɛ-ɲa ma ne k'o dan, ko ne na kɛ maa ye o rɔ. Yaa! Sama na'n bɛ o tigaju kelen bɔ. Ko ' Hi ! Ta-tɛ-ɲa, i tɛ kun sama na bilen, ko anw bɛ nin fuga rɔ yan, tigi tɛ an na, a fɔ, i tɛ sɔn ka an lajɛ ka taa ni anw ye so, anw ka k'i ta ye? ' Ta-tɛ-ɲa ko : ' Kaari ! K'o tɛ bɛn, aw tɛ taa ne fɛ dɛ ! Ni ne taara ni aw ye, ne bɛ aw balo cogo di? Muso tɛ n fɛ, den tɛ n fɛ. Ne bɛ se ka bubaabɔ ni ne ka ci ɲɛ ɲɔgɔn na wa ? Ne tɛ aw fɛ, n bɛ sama magɛn ka n ka tiga minɛ a la.'
Ta-tɛ-ɲa tɛmɛna... A taara gun fugakɛnɛba wɛrɛ la, fugakɛnɛ in falen ba ni saga dama na. I b'a filɛ fɔ k'a ɲɛ dan, ni min tɛ ba ye, o ye saga ye. Ta-tɛ-ɲa ye olu fo. U y'a laminɛ. Sagajigi dɔ y'a ɲininka ko : 'Ta-tɛ-ɲa ! K'e bɛ boli la, ko mun kɛra?' Ta-tɛ-ɲa ko : 'Dɔnnikɛlaw ye tigakisɛ kelen di ne ma ko ne k'o dan, ko ne ta na ɲɛ o rɔ. Yaa! Sama taa'n bɛ o tigaju de bɔ su rɔ.' ko : 'Wa ! I tɛ kun sama nɔ bilen dɛ ! Ko mɔgɔ datuma waati de ye sama tɛmɛtuma ye. Min ka fisa, tigi tɛ anw na yan, anw wo, baw wo, tigi tɛ anw na. A fɔ i tɛ anw labɛn ka taa ni anw ye so, anw ka kɛ i ta ye ? N'an kɛra i ta ye, o ka fisa n'i ka tigaju ye.' Ta-tɛ-ɲa ye sagajigi jaabi ko : 'Aw bagankulu in, aw tulo tɛ mɔgɔkan na, baw fana ye sigiɲɔgɔntiɲɛ ye. Ne ka taa ni aw ye ka ne ni n sigiɲɔgɔnw bila ɲɔgɔn na, o tɛ kɛ ! Ne kelen pe don, ne bɛ se ka aw ladon cogo di ? N bɛ taa ne ka tigaju kelen nɔ fɛ'.
Ayiwa, Ta-tɛ-ɲa tɛmɛna. A taara bila fugakɛnɛ wɛrɛ la, fugakɛnɛ in sa, foyi tɛ yen ni fali dama tɛ. A ye foli kɛ yen. Faliw y'a laminɛ. Faliw y'a ɲininka, a ye kuma kelen in fɔ faliw ɲɛ na ko a bɛ sama nɔ fɛ a ka tigaju de ko la. Faliw ko a tɛ kun sama nɔ bilen, ko min ka fisa : a ka u minɛ ka taa ni u ye. Ta-tɛ-ɲa ko : 'E ! Ne bɛ se k'aw mara cogo di ? Ka fali mara, fɔ ka yɛlɛn a balan, ka busan gan a la, nin falikuluba in, ne kelen bɛ se ka o mara cogo di ? N bɛ taa n ka tigaju kelen nɔ fɛ'.
Ayiwa, a tɛmɛna ko kura. A taara se fugakɛnɛ wɛrɛ la, misi dɔrɔn dɔrɔn de bɛ yen, misiba denbatigiw, jaga kɔnɔmaw, jaga falenw, jaga misɛnw, ntura misɛnw, nturabaw fɔ u biɲɛkolow bɛ gɛrɛntɛ ɲɔgɔn na. Ta-tɛ-ɲa ye misiw fo, misiw y'a laminɛ... Ayiwa, misiw y'a ɲininka, a seginna kuma kelen in kan ko dɔnnikɛlaw ye tigakisɛ kelen d'a ma, k'a k'o dan k'a ta na ɲɛ o rɔ, ko sama ye o tigaju kelen bɔ. U fana y'a jaabi ko : 'Ta-tɛ-ɲa ! K'i tɛ kun sama nɔ bilen. Ayiwa, ko anw misi dama de bɛ nin fuga rɔ yan, k'i tɛ an gɛn-gɛn an ka kɛ i ta ye?' ko : 'E ! K'o bɛ se ka kɛ cogo di ? Hali fulakɛ kɛmɛ tɛ se ka aw mara, janko ne kelen. Ne mana aw mara, ne ni ɲɔtigiw tɛ se ka sigi, ne tɛ se aw kɔrɔ.. Ne bɛ taa n ka tigaju de nɔ fɛ.'
Ta-tɛ-ɲa tɛmɛna. A taara se fugakɛnɛ wɛrɛ ma, npogotigiw kɔgɔ falen dama bɛ yen, i tɛ se ka dɔ ta ka dɔ to yen, katugu a bɛɛ bɔlen bɛ ɲɔgɔn fɛ. A ye npogotigiw fo , u y'a laminɛ. A y'a dantigɛ olu ye ko dɔnnikɛlaw ye tigakisɛ kelen d'a ma k'a ta na ɲɛ o rɔ, ko sama taa'n bɛ tigaju kelen in bɔ. Npogotigiw ko a ye ko : 'Wa ! Ta-tɛ-ɲa ! I tɛ kun sama na bilen dɛ ! Ko sama tɛmɛna k'a sɔrɔ kɛnɛ ma tigɛ. Min de ka fisa, Ta-tɛ-ɲa , anw dama de bɛ fugakɛnɛ in na yan, cɛ tɛ anw fɛ, i tɛ segin ni anw ye ka to n'anw ye? Min ka d'i ye, i n'o kɛ i muso ye, tɔw, i na olu furu k'u furufɛn mara i kun k'a kɛ i ta ye.' Ta-tɛ-ɲa ko : 'Ne bɛ taa ni aw ye cogo di ? O ye n ta tiɲɛtɔ ye ka taa' fɛ. N tɛ aw balo sɔrɔ, n tɛ aw siso sɔrɔ. Aw bɛɛ cɛ tɛ sɔrɔ ne fɛ, o tuma, mɔgɔ na ɲɔgɔn faga aw nɔ fɛ ne de tɔgɔ rɔ, fɔ ne yɛrɛ tɛ si sɔrɔ. Ne bɛ taa n ka tigaju kelen nɔ fɛ.'
Ta-tɛ-ɲa tɛmɛna... A taara gun fugakɛnɛ wɛrɛ la. Kamalenkɔrɔw dama kɛ'n bɛ ka yen fa. A bɛɛ kamalen dafalen, a bɛɛ kamalen dawulama. Ta-tɛ-ɲa y'u fo. U y'a laminɛ. A y'u ɲininka ko : 'Aw ma sama ye yan?' – 'A ! Ko mun bɛ i ni sama cɛ de?. – 'A ! Ko dannikɛlaw ye tigakisɛ kelen baara k'a di ne ma ko ne k'o dan k'o na ne ta ɲɛ, ko sama de taara o tigaju kelen bɔ su rɔ.' – 'A ! Ko e ni sama man jan bilen, ko nka, Ta-tɛ-ɲa, ko tigi tɛ anw na, a fɔ, i tɛ sɔn ka segin ni anw ye an ka kɛ i ta ye?' Ta-tɛ-ɲa y'a jɔ ko : 'Aw cɛganaw dama, ne ka taa ni aw ye ! Ne tɛ aw muso furufɛn sɔrɔ. Muso tɛ n bolo k'a di aw ma. O tuma, ne ni musotigiw na bila ɲɔgɔn na. N tɛ aw fɛ. N bɛ sama nɔgɛn ka n ka tigaju kelen de minɛ a la.'
Ta-tɛ-ɲa tɛmɛna minkɛ, o y'a sɔrɔ sama silen ka taama sa, sama dalen sunɔgɔ rɔ, o taara gun sama dalen na. A ka tigaju dalen don a kɔrɔ. Dabaninkurun min bɛ a kan na, a ye dabakala in kɛ ka sama ci furu la, ka sama ci, ka sama ci, toli ! toli ! toli ! Sama y'a kun kɔrɔta.
Ko : 'Jɔn don? '
Ko : 'Ne don.'
Ko : 'Jɔn?'
Ko : 'Ne, Ta-tɛ-ɲa.'
A ko : 'Ta-tɛ-ɲa ! K'e tun bɛ ne fondo fɛ de?'
Ko : 'Hɔnhɔn, n tun bɛ i fondo fɛ.'
Ko : 'I tun bɛ ne nɔ fɛ de?'
Ko : 'N bɛ e de nɔ fɛ?'
Ko : 'I ye ne nɔbɔ koɲuman?'
Ko : 'N y'i nɔbɔ koɲuman.'
- A ! K'i ma fɛn ye de?
Ko : 'N ye fɛnw ye dɛ !'
Ta-tɛ-ɲa ye fɛn minnu ye, a y'a bɛɛ jate fɔ a ye. Sama ko : 'Wa ! I ka i ka tigaju ta k'a jate bɔ, i mana den kelen karinɔ ye, n b'a sara.'
Ta-tɛ-ɲa ye a ka tigaju ta k'a jate bɔ. Hali den kelen kariyɔrɔ tɛ a la.
A ko : 'Fɛn karilen bɛ?'
A ko : 'Ayi ! Ko fɛn kari'n tɛ!'
A ko : 'I ka den dɔw kari k'u wɔrɔn.'
A ye kelen kari, o y'a sɔrɔ kisɛ t'a la, ka filanan kari, kisɛ t'a la, ka sabanan kari, kisɛ t'a la, u bɛɛ kisɛntan, u bɛɛ tiganpon. Sama ko : 'Ta-tɛ-ɲa ! I tɛ kɛ maa ye bilen, fɔ ka taa i sa, i tɛ kɛ maa ye.' Ta-tɛ-ɲa tɛmɛna fɛn dama minnu na, a hakili jiginna olu la. A bolila ka segin a kɔ. A tun ye kamalenkɔrɔw sɔrɔ fuga min na, a bolila ka na yen. Foyi tɛ yen ni binjɛ ni bubaasow tɛ ! A tɛmɛna, a ye npogotigiw sɔrɔ yɔrɔ min na, foyi tɛ yen ni jirininw ni ntonkunw tɛ. A bɔra fuga o fuga la, k'o bɛɛ lajɛ, o bɛɛ bɛ o cogo kelen na, foyi tɛ yen ni ntonkunw tɛ... Ta-tɛ-ɲa nimisara kosɛbɛ ka bin kasi la.
Ta-tɛ-ɲa nin tun ye maa sugu min ye sa, o bɛ hali bi.

Maa bɛɛ tɛ sɔn dɛmɛni na, maa bɛɛ tɛ sɔn laadilikan na.

N y'o ta yɔrɔ min na, n y'o bila yen











Il y avait jadis un bon cultivateur
Actif comme pas un, mais il avait beau faire,
Il ne récoltait rien et les gens l'appelèrent
Monsieur "Réussit-pas". Au fort de son malheur
Tout à son désarroi, il entendit parler
De célèbres devins, leur expliqua l'affaire.
«C'est bon , lui disent-ils, on va la démêler.»
Et, mettant en commun tout leur grand savoir-faire,
Travaillent de leur mieux un seul grain d'arachide,
Le donnent à Ta-tè-nya avec ces instructions
«Défriche un nouveau champ, et, dans la terre humide
Enfouis ce seul grain, faisant bien attention
De ne rien semer d'autre et que l'herbe ne lève.»

Ainsi dit, ainsi fait. Le grand champ apprêté,
Ta-tè-nya n'y planta que le grain enchanté.
Dès que l'herbe paraît, aussitôt il l'enlève.
Le plant grandit, s'étend, fleurit, fleurit, prend gousse,
Que c'est plaisir à voir. Chaque aube sans manquer
Voit Ta-tè-nya au champ contemplant comment pousse
Le mirifique pied par devins trafiqué.

La récolte approchait, encore une semaine,
Quand Sama l'éléphant, profitant de la nuit,
Arrache le beau plant, par la brousse le traîne,
L'emporte loin, loin, loin, et, quand l'aurore luit,
Fatigué du chemin, il se couche et s'endort.

Au même point du jour, Ta-tè-nya déjà sort
S'en va droit à son champ, il siffle, il chante, il danse.
Le fruit de son travail, il savoure à l'avance.
Arrivé à l'endroit, il se frotte les yeux.
Arraché, emporté, le beau pied d'arachide!
Le grand champ bien sarclé est totalement vide.

Pas besoin de chercher ou d'inspecter les lieux,
Pas besoin d'être expert pour des pas d'éléphant,
Tu les vois, tu les suis, que c'est un jeu d'enfant.
Sa daba* à la main, Ta-tè-nya est bien triste (* houe)

Mais, soudain, résolu, de Sama prend la piste.
De bosquet en bosquet, il arrive en premier
Dans un lieu dégagé, semé de termitières
Qu'on appelle 'fouga' . Cette grande clairière
Etait pleine de coqs, de poules égaillés.
Ta-tè-nya les salue.«Avez-vous vu passer
Dit-il, le vieux Sama ?» «Sama a traversé
Bien avant que les gens sur leur lit ne se mettent.
Qu'y a-t-il entre vous?» lui dit une poulette.
Ta-tè-nya lui répond «J'ai eu des charlatans
Un gros grain d'arachide enchanté.'Si tu sèmes
Ce seul grain, m'ont-ils dit, personnage important
Grâce à lui tu seras.' J'ai semé le jour même.
Le plant remplit le champ et voilà qu'hier soir
Sama l'a emporté. Où a-t-il pu le mettre?"
Un gros coq lui répond:
«Tu n'as aucun espoir e rattraper Sama.
Vois, nous sommes sans maîtreIci.
Rassemble-nous. Emmène-nous chez toi
Et nous t'appartiendrons» «Impossible pour moi,
Dit-il, jamais ne pourrai vous chercher des termites
Et aussi cultiver. Je pars à la poursuite
De mon plant arraché.»

Ta-tè-nya prend la route,
Atteint une clairière où brebis et béliers,
Chèvres, chevreaux et boucs (on dirait des milliers)
se disputent l'espace ou bien l'herbe qu'ils broutent.
Ta-tè-nya les salue. Un bélier lui demande
«Que se passe-t-il donc que tu sois à courir?»
«Je poursuis l'éléphant, dit-il, je veux qu'il rende
Mon beau plant de tiga*. 'Il va te réussir' (* arachide)
Assuraient les devins qui me l'avaient remis»
«Rattraper l'éléphant ! Quelle folle espérance!
C'est à l'heure où les gens sont à peine endormis
Qu'il est passé ici.Voici plutôt ta chance:
Tant les chèvres que nous, nous n'avons pas de maître.
Si tu nous emmenais, nous t'appartiendrions.
ça vaudrait beaucoup mieux, quoi qu'il puisse y paraître
Que ton plant de tiga*.» A sa proposition (* arachide)
Ta-tè-nya de répondre avec vivacité
«Un grand troupeau pareil de bétail effronté
Cause de différents avec le voisinage
Il n'en est pas question ! Pour un tel élevage
Il faut être plusieurs. Ma piste je reprends.»

Le voilà arrivé à une autre clairière
D'ânes remplie, d'ânons se poursuivant, courant
En toutes directions, roulant dans la poussière.
Ta-tè-nya les salue, répond à leur question
Qu'il recherche Sama. «Courir est inutile,
Tu ne l'atteindras pas. Dans ta situation,
Disent-ils, ce serait pour toi bien plus habile
de nous emmener tous.» «Pour élever des ânes,
Rétorque Ta-tè-nya, il nous faut les frapper,
En faire sa monture, et si tu es profane,
D'un troupeau si nombreux comment seul s'occuper?
De ma plante enchantée, je ne peux me passer.
De fouga en fouga, je m'en vais pourchasser
L'éléphant.»

Il parvient alors dans un espace
Dégagé, plein de veaux et de génisses grasses.
Des boeufs et des taureaux, il y en avait tant
Que cornes s'emmêlaient. Ta-tè-nya leur demande
s'ils ont vu l'éléphant. «Il y a bien longtemps
qu'il est passé ici à travers cette lande,
disent-ils. De le joindre il y a peu d'espoir.
Nous sommes seuls ici et sans propriétaires.
Emmène-nous plutôt.» «Comment puis-je le faire?
Dit Tatènya. Il ne suffit pas de vouloir.
Pour un homme tout seul cela n'est pas pensable.
Il en faudrait des peuls* pour pouvoir vous garder! *(pasteurs)
Et si je le faisais, ce serait sans tarder
Entre voisins de grands procès interminables.
Je pars récupérer mon beau pied d'arachide.»

Il passe son chemin pour alors arriver
En une autre 'fouga' à vous faire rêver,
Remplie de fortes filles aux corps sculptés, splendides.
(Si tu veux faire un choix, aussitôt tu regrettes.)
Tatènya les salue, répond à leur question
Que les devins lui ont donné, après incantations,
Un gros grain de 'tiga'. 'Qu'en terre tu le mettes
M'ont-ils dit, le sarcles, et tu vas réussir'.
Le plant grandit, grandit. Il était magnifique.
Et voilà que Sama vient de me le ravir.
L'avez-vous vu passer ?» Les filles lui répliquent
«Tu ne peux espérer mettre la main sur lui.
Il est passé ici bien avant que la terre
ne passe au jour. Mieux vaut, Tatènya, aujourd'hui
Que demain. Nous sommes toutes célibataires.
Emmène-nous chez toi. Celle qui te plaira
Pour femme la prendras, les autres donneras
En échange de dot, ce sera ta fortune!»
Tatènya répondit «Et comment vous nourrir?
Comment donc vous loger? Je ne peux à chacune
Procurer un mari, et, pour vous obtenir,
Les gens s'entretueront jusqu'à gâter mon nom
Et abréger mes jours. Pour moi, c'est clair, c'est non!»

Alors Tatènya part poursuivre sa recherche.
Les traces de Sama devenues bien plus fraîches
Le font parvenir à une autre clairière
Remplie de jeunes gens. Ce sont tous des gaillards.
Tatènya les salue, demande sans retard
S'ils ont vu l'éléphant. «Quelle importante affaire
Y a-t-il entre vous ?» disent-ils. «Les devins,
Répond-il, m'ont donné un seul grain d'arachide
Qu'ils avaient enchanté.'Ce n'était pas en vain,
Ca me réussirait'. Semé en terre humide,
Il a grandi, fleuri, tout le champ a couvert.
Ce plant faisait ma joie. C'était mon espérance
Et voilà qu'hier soir, Sama, en mon absence
L'a arraché.» «Tu n'en es plus très loin, c'est clair.
Pourtant, lui disent-ils, on est ici sans maître.
Ce serait mieux pour toi de tous nous emmener.»

«Non, non, répond-il. Je ne puis pas l'admettre.
Où trouver votre dot ? et sans fille à donner,
Vous ne sauriez laisser les femmes bien tranquilles.
Ce serait la querelle avec tous les maris.
Je ne veux pas de vous. Il m'est bien plus facile
De retrouver le plant que l'éléphant m'a pris
Puisqu'il n'est plus très loin. Au revoir les amis !»

Il marche depuis peu et voit sous les branchages
Une masse affalée... Fatigué du voyage
L'éléphant est couché, tout à fait endormi,
Le beau plant d'arachide en tas à son côté.
Tatènya prend sa houe. Avec vivacité
Il en frappe Sama. vlan ! vlan ! La grosse bête

Ouvrant son petit oeil et relevant la tête
Dit alors «Qui c'est?» - «C'est moi» - «Qui moi ?» - «C'est moi,
Tatènya» «Tatènya ! Tu étais sur mes traces?»
«Oui, je te poursuivais.» «Tu as suivi mes traces
Et tu n'as donc rien vu ?» «Si, j'ai vu dans les bois
Des coqs et des moutons, des boucs et des ânesses
Des taureaux et des boeufs, enfin de la jeunesse
A faire envie.» «C'est bon, dit Sama, dans ce cas,
Vérifie de très près tes gousses de tiga,
Et si jamais tu vois que l'une parmi elles
A été détachée, je la paie un bon prix.»
Tatènya vérifie. Le voilà tout surpris
«Rien ne manque, dit-il, pourtant elles sont belles!»
«Maintenant cueilles-en et décortique-les.»
Dit Sama. Tatènya en prend une,elle est vide.
Il décortique une autre, et pas d'arachide!
Trois vides, quatre, cinq, le plant au grand complet
Stérile était. Sama dit alors «C'est raté!
A portée de ta main était ta réussite,
Tatènya, ni demain, ni jamais par la suite
Tu ne seras quelqu'un, tu as bien tout gâté.»
Tatènya se souvient alors de ses rencontres.
Il court en sens inverse, arrive à l'endroit
Des splendides gaillards. La fouga ne lui montre
Qu'un espace vide où son oeil n'aperçoit
Que les quelques chapeaux des sombres termitières.
Il passe à la suivante... Adieu les filles fières!
De fouga en fouga, il n'y trouva plus rien
Que quelques arbrisseaux et un peu d'herbe sèche...

Ce conte, bonnes gens, vaut autant qu'un bon prêche.
Méfiez-vous des devins ou des géomanciens!
Leur plant est beau, leurs coques belles.
Mais quand vient le moment où le vrai se révèle,
Vous les ouvrez, rien que du vent!
De qui te veut du bien, le conseil très souvent
Aura meilleur profit. Si tu sais l'écouter
Tu en auras fini de tes difficultés.

Baabilen Kulubali 2 juillet 1997

(Adaptation française en vers )