Contes du lièvre - Sonsan ni wɔlɔ - Le lièvre et le francolin

Sonsan ni wɔlɔ - Le lièvre et le francolin

Du lièvre et du francolin qui est le plus malin?... Le francolin semble bien gagner le pari.

Don dɔ, sonsannin y’a fɔ wɔlɔ ye ko ale ka kegun ni wɔlɔ ye. Wɔlɔ fana y’a fɔ ko ale ka kegun ni sonsan ye. U y’a fɔ ko u k’u dogo ko : ni min sera ka min ye, o ye kegunman ye.
Sonsan fɔlɔ taar’i dogo. A bolila ka tu dɔ lamini ka na i biri o tu kɛrɛ fɛ. Wɔlɔ y’a ɲini ka a ye. Wɔlɔ ko: ‘Sisan, i k’i jɔ, ne fana bɛ taa n dogo.’
Wɔlɔ bolila, ka yɛlɛn san fɛ, ka wuli ka yɛlɛn san fɛ, k’i cun, ka jigin dugu ma, ka i biri dugu ma, ka i da k’i jan k’a kaman fila yɛrɛkɛ... Sonsannin y’a ɲini k’a ɲini, k’a ɲini, a ma a ye. A ye a sen wulilen ye, a nana a ka foroko dulon wɔlɔ sen na. A ye wɔlɔ ɲini, a ma wɔlɔ ye.
Wɔlɔ ye a kan to a ma ko : ‘Sonsan ! Na i ka foroko ta k’a bɔ n sen na.’ Sonsan nana a ka foroko ta. A y’a fɔ :Tiɲɛ na, i ka kegun ni ne ye!’

 

Le lièvre et le francolin

 


 

Un jour, Sonsan le lièvre dit à Wolo, le francolin,:
De nous deux, c’est moi le plus malin.
Le francolin lui répond:
Mais non, c’est moi.
Bon, disent-ils, jouons à cache-cache. Celui qui aura pu trouver l’autre, ce sera lui le plus malin.

Le lièvre part se cacher le premier... Il court,
contourne un bosquet et s’en va se blottir à côté.
Le francolin le cherche et finit par le trouver.

Il lui dit:
Attends. Maintenant c’est à mon tour de me cacher.
Il s’envole, s’élève haut dans le ciel, puis il fonce vers le sol. Il s’y pose, se tapit, se tourne sur le dos, ventre et pattes en l’air en étirant ses ailes.

Le lièvre, le cherche, le cherche, le cherche, vainement. Apercevant les pattes du francolin, il y accroche sa musette pour continuer ses recherches sans parvenir à le trouver.

Alors le francolin l’interpelle:
Sonsan! Tu ne viens pas prendre ta musette que tu as suspendue à mes pattes?
Le lièvre est venu la prendre en avouant:
En vérité, Wolo, tu es plus malin que moi