Contes du lièvre - Sonsannin ye balanin tu - Le lièvre et son petit balafon

Sonsannin ye balanin tu - Le lièvre et son petit balafon

Le lièvre charme les pintades au son du balafon.... l'hyène, trop sotte, veut faire de même et elle échoue...,

Ne y’a da nin na: Sonsannin ... o ye balanin tu. O ye balanin tu minkɛ, o y’a sɔrɔ a ye kami caman kodɔn fuga la. Don dɔ la, a taara ni ji ye k’o sigi a kɔrɔ ka taa ni furalan ye k’o bila a kɔrɔ, ka taa ni syɛsansara ye k’o sigi a kɔrɔ, ka taa balanin da fuga la ko:

Fugaba la kami we, donde
Tulon ka fisa kɛlɛ ye, donde
A’ ye na ka tulon kɛ, donde
Donde, kami we, donde

O tuma na, kamiw bɛɛ bolila ka bɔ tu la sa ka na. Sonsannin ye bala diya.

Lièvre te balafonFugaba la kami we, donde
Tulon ka fisa kɛlɛ ye, donde
A’ ye na ka tulon kɛ, donde
Donde, kami we, donde

Kamikulu bɛɛ bolila ka na sa! U nana minkɛ, bala diyalen, bala diyalen, Sonsannin ye furalan don ji la, k’o seri kamiw kan. O y’a sɔrɔ: a ye sansara dayɛlɛ sa! Kabi a ye furalan don ji la,, k’o seri kamiw kan, kami dɔw bolila ka don sansara kɔnɔ. A bolila ka wuli ka sansara datugu kamiw na, k’o ta, k’o bila a kɛrɛ la, ka balanin cɛ, ka taa so, ka taa kamiw bɛɛ bɔ, k’u faga, k’u di a muso ma, a muso k’u jiran u ni u denw k’o dun. O dugujɛ, a nana balanin da tun ko:

Fugaba la kami we, donde
Tulon ka fisa kɛlɛ ye, donde
A’ ye na ka tulon kɛ, donde
Donde, kami we, donde

Kamiw bɛɛ bolila ka na tun. A ye furalan don ji la, k’o seri kamiw kan. Kami dɔw bolila ka don sansara kɔnɔ. A ye sansara ta, k’o bila a kɛrɛ la, ka taa ni o ye, ka taa kamiw bɛɛ bɔ k’u faga, k’u d’a muso ma, a muso n’a denw k’o jiran, u k’o dun ...
O don, Surukuba muso taara tasuma ta sonsannin muso fɛ. Sonsannin muso ye kamisogo dɔɔnin da surukuba muso tɛgɛ. Surukuba muso taara ni o ye. O taalen n’o ye minkɛ, ka taa dɔɔnin da surukuba tɛgɛ, surukuba ko:
- E ye nin bɔ min?
A muso ko:
- Surukuba! E tɛ foyi ɲa. I ka kolon. Sonsannin bɛ taa diɲɛ don o don, ka taa kamiw faga, ka na o di a muso n’a denw ma. Tiɲɛ na, sonsannin ka kisɛ ni i ye.
Surukuba muso ye surukuba sɛbɛ-kɔrɔfɔ. O tuma na, surukuba yɛrɛ wulila ka balanin tu, ka taa. Surukuba nalonnen cogo min na, o taara balanin fuga cɛmancɛ la, ka ji sigi a kɔrɔ, ka furalan bila a kɔrɔ, ka sansara dayɛlɛ ko:

Fugaba la kami we, donde
Tulon ka fisa kɛlɛ ye, donde
A’ ye na ka tulon kɛ, donde
Donde, kami we, donde

Kamiw bɛɛ bolila ka na. Surukuba ko kamiw ma:
- Aw ɲɛ tɛ nin ji sigilen na wa? Aw ɲɛ tɛ furalan nin dalen la wa? Ni n ye furalan don ji la k’o seri aw kan tuma min na, aw ka boli ka don sansara kɔnɔ. Ni aw donna sansara kɔnɔ, o tuma na, n bɛ taa ni aw ye so, ka taa aw bɛɛ faga, k’aw sogo dun.
Kabini surukuba ye o fɔ, kamiw ma sɔn ka don surukuba ka sansara kɔnɔ bilen. Surukuba ye ji seri kamiw kan minkɛ, kamiw bɛɛ bolila ka taa u ka so.
Surukuba diminen wulila ka a ka balanin cɛ ka taa so.

 

Sonsannin le lièvre s’était fabriqué un petit balafon... Un jour, ayant appris qu’il y avait un gros troupeau de pintades dans la clairière, il part y installer son petit balafon. Il dépose aussi un récipient d’eau à son côté avec un petit balai et une cage à poules. Il se met à jouer:

Pintades de la clairière, dondé!
Mieux vaut le jeu que la dispute, dondé!
Venez donc jouer, dondé!
dondé! les pintades, dondé!


Aussitôt les pintades accourent en provenance des bois. Sonsannin joue de plus belle:

Pintades de la clairière, dondé!

Mieux vaut le jeu que la dispute, dondé!
Venez donc jouer, dondé!
dondé! les pintades, dondé!

Tout le troupeau de pintades arrive. Ça joue... ça joue... Subitement, Sonsannin plonge le petit balai dans l’eau et en asperge les pintades qui s’enfuient. Voyant la cage à volaille ouverte, quelques-unes s’y précipitent. Sonsannin court en fermer la porte. Mettant la cage en bandoulière, il ramasse son petit balafon et part à la maison. Là, il sort les pintades, les égorge et les donne à frire à sa femme pour eux et leurs enfants... Le lendemain, il repart déposer le balafon et se remet à jouer:

Pintades de la clairière, dondé!

Mieux vaut le jeu que la dispute, dondé!
Venez donc jouer, dondé!
dondé! les pintades, dondé!

Toutes les pintades accourent... Il trempe son balai dans l’eau et les en asperge. Quelques-unes se précipitent dans la cage à poules ouverte... Cage en bandoulière, il revient chez lui, sort les pintades, les tue et les donne à sa femme. Sa femme et ses enfants les font frire comme repas.
Ce jour-là, quand Madame hyène, la femme de Souroukouba, vient chercher des braises chez Madame Sonsannin, celle-ci lui fait cadeau d’un petit morceau de viande. Madame hyène l’emporte et le partage avec son mari qui lui dit:
- D’où ça vient?
Sa femme lui répond en l’accablant de reproches:
- Souroukouba! Tu n’es qu’un bon à rien, un fainéant. Sonsannin, lui, s’en va chaque jour chercher des pintades et les apporte à sa femme et à ses enfants. Vraiment Sonsannin est plus travailleur que toi!
Alors, Souroukouba se lève. Il prend un petit balafon et part le déposer au milieu de la clairière. L’eau et le petit balai sont prêts. La cage à poules est ouverte. Il commence à jouer:

Pintades de la clairière, dondé!

Mieux vaut le jeu que la dispute, dondé!
Venez donc jouer, dondé!
dondé! les pintades, dondé!

les pintades n’ont plus voulu entrer dans la cage. Dès que Souroukouba a aspergé d’eau les pintades, elles se sont toutes enfuies dans les bois.Le troupeau de pintades accourt. Souroukouba leur dit:
- Vous voyez cette eau et ce balai? Je vais tremper ce balai dans l’eau et vous en asperger. Quand je le ferai, vous n’avez qu’à entrer dans la cage à poules. Je vous emporterai chez moi pour vous tuer et manger votre viande.
Bien entendu, les pintades n’ont plus voulu entrer dans la cage. Dès que Souroukouba a aspergé d’eau les pintades, elles se sont toutes enfuies dans les bois.
Souroukouba, rageur, a ramassé son petit balafon.
Il est revenu tout penaud chez lui.