Contes du lièvre - Sonsannin ni surukuba - Le lièvre et mr. Hyène

Sonsannin ani Surukuba (Le lièvre et mr. Hyène)

Sonsannin (le lièvre), le malin, et Surukuba (mr. hyène), l'insatiable. A force de vouloir toujours plus, ce dernier, à la fin, perdra tout...

Sonsannin ani Surukuba

N y’a da nin na: surukuba ani sonsannin. U ko: u bɛ taa jɛgɛ minɛ kɔ la. U taara kɔ soli. O don na, u ma foyi minɛ jɛgɛ belebeleba kelen kɔ.
Sonsannin ko: - Suruku! Bi jɛgɛ kelen ani sini jɛgɛ fila, i bɛ jumɛn fɛ?
Surukuba ko: - A ! Ne bɛ sini ta jɛgɛ fila makɔnɔ. I ka bi ta kelen ta ka taa.
Sonsannin ye jɛgɛ kelen ta ka taa so. Dugu jɛra. U taara kɔ soli. U ye jɛgɛ fila minɛ. U ma dɔ wɛrɛ minɛ o kɔ.
Sonsannin ko ko kura: - Bi jɛgɛ fila ani sini jɛgɛ saba, i bɛ jumɛn fɛ?
Surukuba ko: - Ne bɛ sini jɛgɛ saba fɛ?
Sonsan taara ni jɛgɛ fila ye so. U taara ko kura o dugujɛ. U ye jɛgɛ saba minɛ. U ma dɔ wɛrɛ minɛ o kɔ.
Sonsannin ko: - Surukuba ! Bi jɛgɛ saba ani sini ta jɛgɛ naani, i bɛ jumɛn fɛ?
A ko: - A! Ne bɛ sini jɛgɛ naani makɔnɔ.
Sonsannin ye jɛgɛ saba ta ka taa so. U taara tun. U ye jɛgɛ belebeleba kelen minɛ. O tun ka bon fɔ k’a dama tɛmɛ. U ma dɔ wɛrɛ minɛ jɛgɛ belebeleba kelen in kɔ.
- Surukuba! Bi jɛgɛ belebeleba kelen in ani sini jɛgɛ belebeleba fila, i bɛ jumɛn fɛ?
Surukuba ko: - Hun ! Dɔgɔ Sonsannin ! Hali ni sini jɛgɛ kɛra kɛmɛ ye, wala kɛmɛ fila, ne bɛ bi ta kelen in de fɛ.
Sonsannin y’i ɲɛnasisi... Surukuba ye jɛgɛ ta k’a da ale kun ka so sira minɛ. A ye dɔ taama minkɛ, sonsannin donna bin fɛ, ka boli, ka boli, ka taa i da sira la suruku ɲɛ, k’i da waga, dimɔgɔw bɛ don ka bɔ a nu n’a da fɛ. Suruku taara se a ma minɛ, a y’ a ye.
A ko: - E ! Jɛgɛba nin bɛ ne bolo, n bɛ mun kɛ sonsansu la ? N ka foyi tɛ sonsansu ko la, n bɛ taa ni n yɛrɛ ye, ka taa jɛgɛ di n ka somɔgɔw ma. A tɛmɛna. A ye dɔ taama min kɛ, sonsannin seginna ka don bin fɛ, ka t’i da sira la, k’i da waga, dimɔgɔw bɛ don a nu n’a da fɛ. Surukuba taara taama tun.
A ko: - E ! Mun bɔnɛ donna sonsanw kan ? Ne tɛmɛna sonsansu dɔ la, dɔ wɛrɛ filɛ nin ye. A! Ni n ye dɔ wɛrɛ ye nin kɔ, n b’o ta ka fara n ka jɛgɛ kan.
A tɛmɛna. A tɛmɛnen, sonsan wulila ko kura, ka don bin fɛ, ka boli, ka t’i da a ɲɛ sira kan, k’i da waga, dimɔgɔw bɛ don ka bɔ.
Surukuba taara se a ma, a ko: - E! Nin ye ko ye! Sonsansi lasatɔ don. Ne tɛmɛna dɔ la, ka tɛmɛ dɔ wɛrɛ la. Dɔ wɛrɛ filɛ nin ye. Ne n ka jɛgɛ da nin kɛrɛ fɛ yan. Tɔ fila min bɛ, ni n tɛmɛna o kan, n bɛ taa olu ta. O tuma na, a bɛ kɛ jɛgɛba kelen ani sonsansu saba. Ne muso ni n denw bɛna fa bi. An na seli kɛ bi.
Surukuba ye a ka jɛgɛba da sonsan kɛrɛ fɛ, ni a b’a ɲɛ na ko a salen don, ka segin ka taa tɔ fila ta. Nka, kabini a tununa, sonsan wulila, ka taa jɛgɛ bila a ka so, ka jɛgɛ kun tigɛ, ka na dugu seni, k’o don o la, k’o kun labɔ. O tuma, mɛnɛmɛnɛ wulila jɛgɛ kun na.
Surukuba seginna. A ma sonsansu fila ye. A ye min ye dɔrɔn ; o tun ye jɛgɛ kun ye, min donna dugu la, mɛnɛmɛnɛ wulilen don a la.
A ye o ye minkɛ, a ko: - E! E! E! E! Mɛnɛmɛnɛ de filɛ ka ne ka jɛgɛ ni n ka sonsansu don u wo kɔnɔ. N bɛ taa so ka taa daba ta ka na.
Suruku bolila ka taa so ka daba ta ka na, ka na o yɔrɔ seni, k’a seni, k’a seni, fɔ k’a kɛ kɔlɔn ye, k’i tunu dugu la, fɔ a tɛ se ka bɔ kɔlɔn in kɔnɔ. O kɛlen, a sago kɛra ka bɔ, a ma se ka bɔ... A mɛnna kɔlɔn kɔnɔ, fɔ kɔngɔ y’a minɛ, k’a sɛgɛn, k’a degun kosɛbɛ. A bɛ kɔlɔn kɔnɔ. A tɛ se ka bɔ... O kɛlen, dagɛ minnɔgɔtɔ, a tun b’a ɲɛ na ko : ji bɛ kɔlɔn in kɔnɔ. O nana ka na i kun deenkun kɔlɔn kɔnɔ.
O ye suruku ye. A ko: - E! Kɔrɔ suruku! Mun ye i se nin kɔlɔn in kɔnɔ yan?
A ko: - Dɔgɔ dagɛ! A tɛ se ka ɲɛfɔ. Ne ni sonsan tun taara kɔ soli. Ne niyɔrɔ kɛra jɛgɛba kelen ye. Ne nana sonsansu dɔ dalen sɔrɔ. Ne ye n ka jɛgɛ da o kɛrɛ fɛ. Sani ne ka segin, a filɛ ! Mɛnɛmɛnɛw ye ne ka jɛgɛ don dugukolo la. Ne tun bɛ ka dugu seni, waasa n ka kun u la. O de y’a to ne filɛ nin kɔlɔn kɔnɔ, ne tɛ se ka bɔ.
A ko: - A! A kɛra baasi ye i bolo.
A ko: - A! Dagɛ! N’i sɔnna, i k’i gere ladon kɔlɔn kɔnɔ, n bɛ n pan ka n dulon, i bɛ ne labɔ.
Dagɛ ko: - A ! Suruku! Ne tɛ da i la, katugu i man ɲi. Ne mana i labɔ, i bɛ ne dun.
Suruku ye a kali k’ale tɛ dagɛ dun, a k’a labɔ. A makari donna dagɛ la.
Dagɛ ko: - Baasi tɛ. N’i ko ten, n b’i labɔ. Nka ne tɛ da i la dɛ!
A ye i kali: - N tɛ foyi kɛ i la.
Dagɛ y’i gere ladon kɔlɔn kɔnɔ k’a lajigin kosɛbɛ, katugu a gere ka jan. Suruku y’i pan k’i dulon a gere la. Dagɛ y’i kun fili. Suruku nan’i sigi dagɛ kɔ rɔ kɛnɛ ma. A y’i sigi dagɛ kɔ la, ka mɛn, ka mɛn, ka mɛn.
Dagɛ ko: - E! Suruku! I tɛ jigin ka bɔ n kan, ne ka taa n min? Minnɔgɔ digilen bɛ n na.
Suruku ko: - E! I t’i jɔ n ka sɛgɛn lafiɲɛ wa? I m’a dɔn ko: ne tun sɛgɛnna kɔlɔn kɔnɔ kosɛbɛ?
Ko: - Baasi tɛ ! I sɛgɛn lafiɲɛ yen.
O y’i jɔ ka mɛn ka mɛn ka mɛn dɔɔnin.
Dagɛ ko: - A! Suruku! I tɛ se ka jigin sa dɛ? I sɛgɛn lafiɲɛna.
Suruku ko: - Dagɛ! Fa de b’i la mɛnɛ... A bɛ i ɲɛ na ko: ne ye i ɲɔgɔn nalonma de ye?
I tɛna taa fewu! Fɔ ne ka i worobu dɔ dun. I y’a dɔn: ne ma dumuni kɛ kɔlɔn in kɔnɔ. Kabi kunɲɔgɔn kelen n bɛ yan, n tɛ foyi sɔrɔ k’a dun. Ne bɛ balo e de la bi.
Dagɛ ko: - Baasi tɛ. N ye min fɔ, o filɛ nin ye : i ye fitiriwale de ye. Nka, baasi tɛ, a ka di i ye cofo min, a ka kɛ ten. Ne yɛrɛ nɔ don.
O yɔrɔnin kelen, ka to o kuma na, Sonsannin nalen u sɔrɔ yen, a ko: - E! Suruku! E ni Dagɛ bɛ nin kuma caman na yan kabi dugu jɛra. Ne ɲɛ b’a la, aw bɛ ɲɔgɔn sɔsɔli la kabi tuma jan. A kɛra di?
Suruku ko: - Sani ka ne ɲininka, i tɛ Dagɛ ɲininka? O na a ɲɛfɔ i ye.
Sonsan ko: - A kɛra di?
Dagɛ ko: - I ka nin filɛ ! Nin kɔlɔn dunba in, ne de ye suruku labɔ nin kɔnɔ. Ne y’o labɔ minkɛ, a ko : k’a tɛ taa fɔ a ka ne dɔ dun.
Sonsan ko: - Prr ! Dagɛ, i ye nkalontigɛla de ye. (A taara i tɛgɛ ci Dagɛ tulo kɔrɔ.) Mun na i tɛ tiɲɛ fɔ ? I bɛ se ka suruku labɔ nin kɔlɔn kɔnɔ? Nkalontigɛla!
Ka i jama Dagɛ kunna kosɛbɛ. O kɛlen, Suruku fana y’i cun ka bɔ Dagɛ kɔ rɔ, k’i tɛgɛ ci Sonsan tulo kɔrɔ.
- A bɛ i ɲɛ na cogo di? I bagara Dagɛ de ma. A ye min fɔ, a ye tiɲɛ tigitigi de fɔ. Ale de ye ne labɔ nin kɔlɔn kɔnɔ. N’i sago kɛra k’a kɔrɔbɔ, ne filɛ! Ne jigintɔ filɛ kɔlɔn kɔnɔ. Ni ne jiginna sisan, a bɛ ne labɔ i ɲɛ na.
O kɛlen, suruku y’i cun kɔlɔn kɔnɔ ko: dagɛ b’a labɔ sonsan ɲɛ na.
Kabini a y’i cun ka se kɔlɔn ju la, sonsannin ko: - Dagɛ! A tɔ bɛ i yɛrɛ ma sa dɛ! I sago ye min ye, o kɛ!
Dagɛ bolila ka taa kungo kɔnɔ, hali a ma i kɔ filɛ suruku la ... Suruku sara a ka kɔlɔn kɔnɔ yen.

N y’o sɔrɔ yɔrɔ min na, ne y’o bila yen
Baabilen Kulubali


Sonsan (le lièvre), Souroukouba (Mr Hyène), et Daguè (l'antilope-cheval)

Souroukouba (Mr hyène), et Sonsan (le lièvre) s'étaient mis d'accord pour pêcher au marigot, ils n'ont pris ce jour-là qu'un très gros poisson.
Le lièvre dit: - Grand frère hyène, qu'est-ce que tu préfères? Cet unique poisson d'aujourd'hui ou les deux de demain?
Hyène dit: - Ah ! J'attendrai les deux poissons de demain. Tu peux partir avec celui d'aujourd'hui.
Sonsan prend l'unique poisson et part à la maison... Le lendemain, ils vont de nouveau à la pêche et prennent deux poissons. Rien d'autre ensuite.

Souroukou dit: - Je suis pour les trois de demain. ...Sonsan dit encore: - Que choisis-tu? Les deux poissons d'aujourd'hui ou les trois de demain?
Souroukou dit: - Je suis pour les trois de demain. ...
Le petit Sonsan emporte les deux poissons à la maison. Le jour suivant, ils retournent à la pêche et ne prennent que trois poissons... rien de plus.
Sonsan dit: - Souroukouba, que préfères-tu? Les trois poissons d'aujourd'hui ou les quatre de demain?
- J'attendrai les quatre de demain, dit-il.
Et Sonsan part avec ses trois poissons à la maison. ... Ils repartent à la pêche.
Cette fois, ils prennent un gros poisson, énorme, et puis rien.
Le petit Sonsan dit: - Souroukouba, que choisis-tu, ce seul gros poisson d'aujourd'hui ou les deux gros de demain?
Souroukouba répond: - Petit frère Sonsan, ça suffit! Même si demain c'est cent ou deux cents poissons, je préfère l'unique d'aujourd'hui.
Le lièvre devient maussade... Souroukouba prend le gros poisson, le met sur sa tête et s'en va chez lui,.... Quand Souroukouba a disparu, Sonsan prend une piste de traverse dans l'herbe, court à toute vitesse et va se coucher en avant sur le chemin, bouche ouverte, laissant les mouches entrer et sortir par son nez et par sa bouche.
Quand Souroukouba arrive à l'endroit et qu'il le voit, il dit: - Ah! me voilà avec ce gros poisson, que vais-je faire de ce cadavre de lièvre? Bah! ce cadavre n'a pas d'importance. Je m'en vais donner mon poisson frais aux miens.
Il passe outre. Dès qu'il s'est éloigné un peu, Sonsan repart à travers les herbes et va s'étendre en avant sur la route, bouche ouverte, avec les mouches qui entrent et sortent par ses narines et par sa bouche.
Souroukou tombe de nouveau dessus. Il s'exclame: - Eh ! Quel malheur est donc arrivé aux lièvres? Je dépasse un cadavre, en voici un autre! Bon si j'en trouve encore un autre, je les prends et les ajoute à mon poisson. Il continue son chemin.
A peine parti, Sonsan se relève, traverse les herbes en courant et part se coucher en avant sur le chemin, avec les mouches qui entrent et sortent par sa bouche ouverte...
Souroukouba arrive à lui et dit: - Quelle affaire! La race des lièvres est en train de disparaître! J'en passe un, un deuxième, et en voilà un autre ! Je vais déposer mon poisson ici à côté et partir prendre les deux autres lièvres que j'ai dépassés. Ca fera un gros poisson et trois lièvres. Ma femme et mes enfants vont faire bombance. On va faire la fête aujourd'hui!
Souroukouba dépose son gros poisson près du lièvre qu'il croit mort et rebrousse chemin pour prendre les deux autres. Mais à peine disparu, Sonsan se lève, emporte le poisson chez lui, en coupe la queue et revient l'enterrer en en laissant dépasser le bout. Aussitôt les fourmis accourent se mettre au travail.
Souroukouba est de retour. Il n'a pas retrouvé les deux premiers cadavres de lièvre. Il revient pour prendre son poisson et le troisième lièvre mais ne retrouve ni l'un ni l'autre. Il ne trouve que la queue du poisson remplie de fourmis.
A cette vue, il s'exclame: - Eh! Eh! Eh! Eh! Voilà que les fourmis ont emporté mon lièvre et mon poisson dans leur fourmilière. Je vais chercher une petite pioche à la maison et creuser.
Il court chercher une petite pioche et revient avec. Il se met à creuser, creuser, creuser jusqu'à disparaître en terre et en faire un vrai puits dont il ne peut plus sortir. Quand il veut en sortir, impossible! ... Il y reste longtemps, longtemps, si longtemps que son estomac se met à crier famine. Le voilà dans le puits sans pouvoir en sortir.
Alors, un daguè assoiffé (antilope-cheval à la bouche blanche), s'approche du puits croyant qu'il y avait de l'eau. Il penche la tête et aperçoit Souroukouba.
- Grand frère Souroukouba, dit-il, qu'est-ce qui t'a fait arriver dans ce puits?
- Petit frère Dagè, répond-il, c'est impossible à expliquer!
J'étais parti à la pêche avec Sonsan et j'avais gagné un gros poisson. En route pour la maison, j'ai dépassé un lièvre mort, puis un deuxième et un troisième. J'ai alors déposé mon poisson auprès du dernier pour chercher les deux autres. Le temps que je revienne, les fourmis ont enterré mon poisson. J'ai voulu creuser pour le récupérer et c'est ainsi que me voilà dans un véritable puits sans pouvoir en sortir.
Daguè dit: - Ah ! Quelle drôle de mésaventure que la tienne!
Souroukou dit alors: - Ah, Daguè, s'il te plaît; penche donc tes grandes cornes dans le trou, je vais sauter pour m'y suspendre, et tu vas me sortir de là.
Daguè dit: - Ah ! Souroukou, je n'ai pas confiance en toi, tu as mauvaise réputation. Une fois sorti, tu vas me manger.
Souroukou se met à jurer ses grands dieux qu'il n'en fera rien. Daguè a pitié del ui et dit: - Bon, puisque tu le jures, je vais te sortir de là. Pourtant, je n'ai pas bien confiance en toi.
Souroukou dit: - Je ne te ferai aucun mal!
Daguè introduit ses longues cornes dans le puits, le plus bas possible. Souroukou bondit, agrippe les cornes, et s'y suspend. Daguè rejette sa tête en arrière et Souroukou se retrouve sur le dos de l'antilope, à l'air libre. Il reste longtemps assis sur son dos.
Daguè dit: - Eh ! Souroukou! Descends donc, que je puisse aller boire, j'ai trop soif.
Souroukou répond: - Patiente un peu, que je me repose. Tu sais bien que j'étais à bout de forces dans ce puits.
- Bon, repose-toi!
Daguè attend, attend, puis il dit: - Ah, Souroukou, tu es reposé maintenant.
- Tu n'es pas fou?, répond alors Souroukou. Tu crois que je suis aussi bête que toi? Tu ne partiras pas avant que je ne t'ai mangé une portion de gigot. Tu sais bien que, depuis huit jours, je suis sans manger dans ce puits. Tu seras mon repas d'aujourd'hui.
Daguè répond: - Bon, je n'ai qu'une chose à dire, c'est que tu es un ingrat. Mais c'est bon, fais comme tu as dit. C'est de ma propre faute.
Alors qu'ils sont en pleine discussion, voilà Sonsan qui s'amène. Il dit: - Souroukou ! Je vois que vous êtes là tous deux à discuter depuis un bon bout de temps. Que se passe-t-il donc?
Souroukou dit: - Interroge plutôt Bouche-blanche! Il t'expliquera.
- Daguè, que s'est-il passé?
Daguè dit: - Regarde-moi ça! Je viens de sortir Souroukou de ce puits profond, et à peine sorti, il dit qu'il ne s'en ira pas avant de m'avoir bouffé un gigot.
Sonsan dit: - Daguè, tu es un sacré menteur!
Et il lui flanque une bonne gifle en ajoutant: - Pourquoi mens-tu comme ça? Tu es bien incapable de sortir une hyène de ce puits! Fieffé menteur!
Alors Souroukou saute du dos de l'antilope et vient gifler à son tour Sonsan en disant: - Alors, tu ne le crois pas! Tu as offensé Daguè! Ce qu'il a dit, c'est la vérité même. Il m'a bel et bien sorti de ce puits. Et si tu veux le vérifier, regarde ! Je redescends dans le puits. Il va m'en sortir en ta présence.
Aussitôt dit, aussitôt fait. Souroukou saute dans le fonds du puits en disant que Dagè va l'en sortir à l'instant.
Hyène est à peine arrivé au fond que Sonsan dit: - Daguè! La suite est dans ta main. Ce que tu as envie de faire, fais-le!
Daguè s'est aussitôt enfui dans la brousse sans même se retourner pour contempler Souroukou.
Souroukou est mort au fond de son puits.

Là où j'ai pris ce conte, là-bas je l'ai laissé.
Baabilen Kulubali