Contes du lièvre - Jiri min bɛ kuma - l'arbre qui parle

... Voilà comment le lièvre, malin comme toujours, a pris la hyène à son propre piège...

Jiri min bɛ kuma

Nin kɛra: don dɔ fɛ, suruku yaalatɔ kungokolo la, o ye kabakofɛn dɔ ye. O kabako ye mun ye ? A y’i jɔ jiri dɔ kɔrɔ, o jiri bɛ kɔrɔfɔ la. A y’i jɔ ko "Jiri min bɛ kuma!"
Kabini a y’o fɔ, jiribolo bɔra san fɛ k’a gosi. Mankan dɔ bɔra a tulo kɔrɔ k’a fɔ ko ‘fɛn o fɛn mana se nin kɔrɔ, ni a y’a fɔ ko: ‘jiri min bɛ kuma’ jiribolo bɛ bɔ san fɛ k’a ci.’
A wulila ka taa.
O kɛra fɛɛrɛ dɔ ye suruku bolo. A bɛ fɛɛrɛ kɛ ka kungo sogow nɛgɛn waasa a ka sogo dunta sɔrɔ.
A taara dagɛ dɔ sɔrɔ k’a fɔ a ye: "Dagɛ! Ne ye kabakofɛn dɔ ye kungokolo la: jiri dɔ bɛ, o jiri de bɛ kɔrɔfɔ i n’a fɔ mɔgɔ. Nka, n’i sera, n’i m’a fɔ ko: ‘jiri min bɛ kuma !’, jiribolo bɛ bɔ san fɛ k’i ci dɛ! An ka taa a lajɛ!"
Dagɛ war’i jɔ k’i kun jan o jiriju fɛ ko: "Jiri min bɛ kuma!"
Jiribolo bɔra san fɛ ka dagɛ ci fɔ k’a faga. Suruku girinna a kan k’o dun.
A taara sogo dɔ wɛrɛ sɔrɔ ko: "Sensen! Ne ye kabakofɛn dɔ ye kugokolo la bi, o ye jiri kɔrɔfɔtɔ ye i n’a fɔ : mɔgɔ. An ka taa a lajɛ! Nka, n bɛ kelen fɔ i ye: n’i sera jiriju kɔrɔ, i b’a fɔ ko: ‘Jiri min bɛ kuma’"
U taara. Sensen y’i kun jan jiriju fɛ ko : ‘jiri min bɛ kuma!’ Jiribolo bɔra san fɛ ka o ci, fɔ k’a faga. Suruku girinna a kan k’o dun.
(O y’a sɔrɔ : sonsannin bɔra o ko kala ma)
A ni suruku ye ɲɔgɔn ye. Suruku ko: "N dɔgɔ Sonsan! Ne ye kabakofɛn dɔ ye kungo la, ne ma min bɔɲɔɔnko ye fɔlɔ, o de ye jiri kɔrɔfɔtɔ ye i n’a fɔ : mɔgɔ. An ka taa a lajɛ! Nka, Sonsannin ! N bɛ min fɔ i ye: n’i sera jiriju kɔrɔ, i b’i kan to ko : ‘jiri min bɛ kuma!’, n’o tɛ, jiribolo bɛ bɔ san fɛ k’i gosi fɔ k’i faga".
Ko min kɛra kɔrɔlen, sonsannin de y’o dɔn.
U taara u jɔ jiriju kɔrɔ. Sonsannin ma kuma. Suruku y’i kan to Sonsannin ma: "Sonsannin! A kɛra di? I t’a fɔ wa? ‘Jiri min bɛ ...’"
I kɔni k’a fɔ sa, Sonsannin, i hakili tɛ nin na? ‘Jiri min bɛ ku ....’
Suruku diminen sinna k’a fɔ ko: ‘Jiri min bɛ kuma’ tuma min, jiribolo bɔra san fɛ ka Suruku yɛrɛ gosi fɔ k’a faga.
Sonsannin ye keguya minɛ a la.

Ne y’o ta yɔrɔ min na, ne y’o bila ye

L'arbre qui parle

Un jour, en se promenant dans la brousse, Souroukou, la hyène, a rencontré une chose étrange... En s'arrêtant sous un arbre, elle a entendu cet arbre parler. Figée sur place d'étonnement, elle s'exclame: "Quoi ! Un arbre qui parle!"
Elle n'a pas fini sa phrase qu'une branche s'abaisse et lui donne un bon coup sur le crâne.
En même temps, d'en haut, une voix se fait entendre qui dit: "Tout être qui arrive ici et se permet de dire: 'Un arbre qui parle!' une branche descend pour l'assommer".
La hyène est repartie en se disant: "J'ai trouvé un bon truc. Je vais pouvoir attirer le gibier et obtenir de la viande facilement".
Elle s'en va trouver Daguè, l'antilope-cheval, et lui dit: "Daguè! J'ai vu quelque chose d'insolite en brousse: un arbre qui parle comme les hommes. Mais quand tu y seras, si tu oublies de dire: 'un arbre qui parle!', une branche d'arbre va descendre et t'assommer. Viens voir.
Arrivé au pied de l'arbre Daguè relève la tête et s'empresse de dire: "Un arbre qui parle!"
Aussitôt une branche s'abaisse et l=abat raide mort. La hyène se précipite et le dévore....
Elle va ensuite trouver Sensen, une autre grande antilope, en lui disant: "Sensen ! J'ai vu quelque chose d=extraordinaire aujourd'hui dans la brousse: un arbre qui parle, comme les humains. Allons-y ! Mais je dois t'avertir. Quand tu seras auprès de l'arbre, n'oublie de t'étonner en disant: 'un arbre qui parle!'
Ils y vont et quand Sensen relève la tête en disant: "un arbre qui parle!" une grosse branche vient d'en haut et l'assomme à mort. Souroukou se précipite et le mange...
(Sonsan, le lièvre, toujours aux aguets, a découvert la ruse...)
La hyène vient aussi le trouver en lui racontant la même histoire: "Petit frère Sonsan, j'ai vu quelque chose de stupéfiant en brousse. Je n'ai jamais vu de chose pareille: un arbre qui parle comme les hommes. Viens donc voir. Mais je t'avertis, Sonsan. Quand tu seras arrivé au pied de l'arbre, il faut que tu dises tout haut: 'un arbre qui parle!' sinon, une grosse branche va descendre du ciel et t'abattre raide mort".
Sonsan, qui était au courant des derniers événements, la suit sans mot dire. Arrivés au pied de l'arbre, il se tait toujours.
Suruku lui souffle: "Sonsannin ! Qu'est-ce qui se passe? Tu ne te rappelles pas la phrase: 'un arbre ...' Sonsannin! Dépêche-toi de dire la phrase: 'un arbre qui ...'. Allez! Dis-la! Tu as oublié?
Souroukou se fâche et lui dit à forte voix: "un arbre qui parle!"
Aussitôt une branche descend et cette fois-ci l'abat raide mort.
Sonsannin a pris Souroukou à son propre piège