Contes du lièvre - Keguya ka fisa fanga ye - La ruse est mieux que la force

Un autre conte du lièvre qui avec sa ruse l'emporte sur les adversaires plus puissants... et gagne la jolie fille du chef de village.

 

Keguya ka fisa fanga ye - Sonsan bɛ muso sɔrɔ

Nin kɛra : denmuso kelen tun bɛ dugumasa fɛ. Nsiraju kelen tun bɛ soforo la. Ale ko : ni fɛn min sera ka o nsiraju cɛ sɔgɔ ni biɲɛ ye, ale denmuso bɛ di o tigi ma furumuso ye. Kungo sogow ye ɲɔgɔn lajɛ ka don da.
O furancɛ la, sonsannin ye keguya kɛ, ka taa se dun ma, o ka nsiraju cɛ sɔgɔ fɔ ka taa bɔ fan dɔ fɛ, ka npyɛɛnɛ nɔrɔ o wo la. Mɔgɔ si ma bɔ o kala ma.
Kɔɲɔdon sera. Bɛɛ y’i labɛn, ka kala siri, ka biɲɛ da a kala la. U taara se nsiraju ma.
Suruku fɔlɔ gɛrɛla. O timitimitɔ, o y’i bari nsiraju la, ka biɲɛ gen o la tan. A ma se k’a cɛ sɔgɔ.
Waraninkalan fana gɛrɛla a la. O y’a fili nsiraju ma, ka taa biɲɛ gen o la, a ma se k’a cɛ sɔgɔ.
Waraba fana gɛrɛla. O ma se k’a cɛ sɔgɔ.
Sama ... o y’i labɛn. Bɛɛ hakili bɛ ko : sama ka bon cogo min na, k’o na se k’a cɛ sɔgɔ. O ye kala sama, k’a sama, k’a sama ka taa a gen nsiraju la fɔ ka nsiraju yigiyaga. Biɲɛ y’a sɔgɔ kosɛbɛ, nka a ma se ka bɔ fan dɔ fɛ.
Sonsannin gɛrɛla, fɔ mɔgɔw bɛ yɛlɛ o la ko: - Sonsannin! Fɛn min barika ka bon n’i ta ye, olu kɛɲɛna min na, k’i yɛrɛ na se o la wa?
Nka sonsannin taara i jɔ. A ye npyɛɛnɛ suma, ka kala sama, ka taa a gen npyɛɛnɛ na, ka taa bɔ fan dɔ fɛ.
Bɛɛ wɔyɔra sonsannin na ko: - Sonsannin ta ye muso ye!
Muso dira sonsannin ma.


La fille à marier

Un chef de village avait une fille. Un baobab se dressait dans les champs alentour...Le chef fait alors savoir à tout le monde qu’il donnera sa fille en mariage à celui qui sera capable de transpercer d’une flèche le tronc du baobab.
Au jour fixé, toutes les bêtes de la brousse se rassemblent. (Dans l’intervalle, Sonsan, le lièvre, avait imaginé un stratagème. Il était aller trouver Doun* en lui demandant de transpercer le baobab de part en part et de coller sur les trous une toile de nid d’araignée. Personne n’en avait rien su.)
Le jour de la noce, tous étaient donc prêts, l’arc bien tendu, une flèche à la corde. Arrivés au baobab, Souroukou la hyène s’est avancée la première. Toute excitée de désir, elle lance sa flèche et ne fait que la ficher dans le tronc comme ça, sans le transpercer.
Waraninkalan, la panthère, s’approche. Elle aussi lance sa flèche qui va se planter dans le tronc sans le transpercer.
Waraba, le lion, s’est présenté aussi. Il n’est pas arrivé à le transpercer.
Sama, l’éléphant, se prépare. (Tous se disent en eux-mêmes que l’éléphant est si fort qu’il va réussir à percer le tronc de part en part.) Sama tire sur sa corde, la tend, la tend... Il lâche enfin sa flèche qui va se planter sur le tronc au point de le faire trembler. La flèche a pénétré profondément mais elle n’a pas pu sortir de l’autre côté.
Alors Sonsan le lièvre s’avance. Tous se moquent de lui en disant:
- Eh, Sonsan ! Des bien plus forts que toi ont échoué, tu crois que toi, tu vas y arriver?
Sans répondre, Sonsan se met en position. Il vise bien la toile de nid d’araignée, tend son arc et lâche sa flèche qui va droit sur la toile et sort de l’autre côté du tronc.
C’est une acclamation unanime: ‘ La mariée appartient à Sonsan!’
On l’a donnée à Sonsan le lièvre.