Contes moraux - Donokɔrɔnin ani namakɔrɔba - Le coq et l'hyène

Donokɔrɔnin ani namakɔrɔba

Encore maintenant, il reste encore l’une ou l’autre personne qui connaît Dieu. Quand elles voient des gens au cœur droit, elles leur montrent le chemin. Même aux gens mauvais, elles leur montrent le bon chemin

 

Donokɔrɔnin ani namakɔrɔba

Don dɔ, kɔngɔ digira donokɔrɔnin na. Donokɔrɔnin wulila. A bɛ taa a sennayaala walasa a ye dumuni sɔrɔ... Namakɔrɔnin fana wulila. A bɛ taa a sennayaala waasa a ye dumuni sɔrɔ. U fila taara ka ɲɔgɔn ye. U ye dantigɛ bɔ ɲɔgɔn ye.
Namakɔrɔ ko: «A ! donokɔrɔnin, e ye somaa ye, ne ye kungomaa ye, kɔngɔ digi’n bɛ ne la. A dɔ rɔ, e darakako ɲana dɛ ! Ne bɛ sin k’i kɛ n ka daraka ye».
Donokɔrɔnin ko: «Hun ! I ma ne sɔrɔ ban dɛ!»
Namakɔrɔnin ye donokɔrɔnin gɛn. Donokɔrɔnin bolila ko namakɔrɔ bɛ donokɔrɔnin sɔrɔ yɔrɔ min na, donokɔrɔnin y’i pan k’i sigi jiri san na. Namakɔrɔ kɔnɔganna...
Namakɔrɔ ko: «A! Donokɔrɔnin! K’i tɛ jigin, k’i fa salen».
A ko: «A! Ne fa maa sa, ne terikɛ bɛ yen, ne na n jigi don o la».
Namakɔrɔ ko: «A ! i tɛ jigin ? I fa salen, i fa terikɛ salen».
A ko: «A ! Ne ba bɛ yen, ne na n jigi don o la».
Namakɔrɔ ko: «I ba salen!»
«Ɛɛ! ne ba teri bɛ yen. Ne na n jigi don o la».
Namakɔrɔ ko: «A! dononkɔrɔnin ! i ba sara, i ba terimuso fana sara. I tɛ jigin?»
A ko: «Ne kɔrɔkɛ bɛ yen, ne na n jigi don o la».
Namakɔrɔ ko: «Donokɔrɔnin, i kɔrɔkɛ sara dɛ ! k’i tɛ jigin?»
A ko: «Ne kɔrɔkɛ terikɛ bɛ yen. Ne na n jigin don o la».
Namakɔrɔ ko: «A! I kɔrɔkɛ terikɛ sara dɛ!»
A ko: «Ne babɔso mɔgɔw bɛ yen, ne na n jigi don olu la».
«Ɛ! ko: donokɔrɔnin, a fɔra ne ye sisanni na ko: e babɔso cilen! Mɔgɔ si tɛ yen i bɛɛnna bilen».
Donokɔrɔnin ko: «Nin tɛ baasima ye».
Donokɔrɔnin y’i cun dugu ma.
A ko: «Namakɔrɔ, n dun sa! E maa min maa kɛ diɲɛ na, jigi t’e la : i fa jigi tɛ yen, i ba jigi tɛ yen, bɛɛnnaso tɛ i fɛ. A ! E bɛ kɛ mun ye diɲɛ na ? O tuma, ne bɛ diɲɛ to sa, e ka ne dun sa, ne ka taa Ala bara. Ne jigi na kɛ Ala ye yen».
Namakɔrɔ ye san filɛ ka dugu filɛ.
A ko: «A! E mɔgɔ o mɔgɔ, jigi tɛ maa min na, n’e y’o dun, a ! e niyɔrɔ fana tɛ Ala bara».
Namakɔrɔ siranna Ala ɲɛ, a ye donokɔrɔnin to yen.
Nin ye n ka nsiirin sabanan ye.

Pierre Jara, ka bɔ Torokɔrɔbugu

(Namakɔrɔ kɛra Ala dɔnbaa ye. Hali bi o dɔnbaa tɔ kelen kelenw, olu bɛ diɲɛ na. Olu mana mɔgɔ ɲumanw ye, u b’olu don sira kan, u mana mɔgɔ juguw ye, u b’olu don sira la.)

Le coq et l'hyène

Un jour, le coq se lève, pressé par la faim. Il part se promener à la recherche de nourriture. De son côté, l'hyène aussi se lève pour trouver de quoi manger. Ils finissent par se rencontrer et s’avouent l’un à l’autre le but de leur promenade. L'hyène dit alors au coq:
- Ah ! Petit frère, si toi tu es un animal domestique, moi, je suis de la brousse sauvage. J’ai très faim et je crois que mon petit déjeuner est tout trouvé. Je vais à l’instant te croquer en guise de petit déjeuner.
Le coq répond:
- Hum ! Tu ne m’as pas encore attrapé!
Et la poursuite commence... L'hyène court après le coq et quand elle croit l’attraper, le coq s’envole et s’en va se percher en haut d’un arbre. L'hyène ne sait que faire. Elle interpelle le coq:
- Coq, tu ne descends pas, ton père vient de mourir.
- Même si mon père est mort, répond le coq, j’ai encore l’ami de mon père. Je me confierai à lui.
- Coq, ton père est bien mort de même que l’ami de ton père. Descends!
- Ah ! Tu dis que mon père et l’ami de mon père sont morts, mais j’ai encore ma mère là-bas. Je peux compter sur elle.
- Petit frère coq, ta mère aussi vient de décéder. Tu ne descends pas?
- Bah ! Il y a là-bas l’amie de ma mère. Elle ne va pas me laisser tomber.
- Coq, descends car l’amie de ta mère n’est plus de ce monde.
- Ah ! J’ai encore mon grand frère, il ne refusera pas de m’aider.
- Descends, coq, car ton grand frère est mort.
- Ah ! Il y a toujours là-bas l’ami de mon grand frère. Je me placerai sous sa garde.
- L’ami de ton grand frère est décédé lui aussi, coq. Tu ne descends pas?
- J’ai encore mes oncles maternels, j’irai chez eux. Ils m’accueilleront.
- Coq, je viens d’apprendre que le village de ta mère a été rasé. Il n’y a plus personne là-bas.
Le coq dit alors:
- C’est bon.
Il se jette en bas et vient se poser par terre en disant à l'hyène:
- Dans ce cas, mange-moi, hyène. Quand quelqu’un n’a plus de point d’appui sur terre à qui se confier, ni père, ni mère, ni oncle maternel, que peux-tu devenir sur la terre ? Mieux vaut la quitter. Mange-moi. J’irai chez Dieu, mon dernier espoir, c’est Dieu.
L'hyène regarde alors le ciel, puis la terre et dit pensivement:
- Ah! Comment manger celui qui n’a plus aucun appui? Si tu le fais, tu ne pourras pas avoir de place chez Dieu.
Dans sa crainte de Dieu l'hyène épargna le petit coq.

Encore maintenant, il reste encore l’une ou l’autre personne qui connaît Dieu. Quand elles voient des gens au cœur droit, elles leur montrent le chemin. Même aux gens mauvais, elles leur montrent le bon chemin.