Contes moraux - Muɲu-ka-sabali - Patience et douceur

Muɲu-ka-sabali, Patience et Douceur

Le "vieux" qu'on qppelle "Patience et Douceur" est l'mage de Dieu. Le fils ainé est l'image de Jésus. Comme Dieu est Patient, Jésus l'est aussi bien...

Muɲu-ka-sabali

N y’a da masakɛ dɔ la. Masakɛ in tun kɔrɔla... Masakɛ in tun sabalila fɔ mɔgɔw nana a tɔgɔ yɛlɛma k’a kɛ Muɲu-ka-sabali. Masakɛ in kɔrɔlen na, Ala ka waati dafara.
A ko: «Ne denw, a’ye aw madon ne la! Sabu, ne ka waati dafara. Sisan, ne bɛna n ciyɛn tila aw ni ɲɔgɔn cɛ».
Ayiwa, a ko kɔrɔbalen ma: «E fɔlɔ ka ciyɛn dɔ ta».
Kɔrɔbalen ko:
«Ayi, ciyɛn tila ne dɔgɔninw fɔlɔ la, n’o tɛ, e mana taa Ala bara, ne dɔgɔninw n’a fɔ ko: ne madiyara e ye ka tɛmɛ tɔ ninnu kan».
Cɛkɔrɔba ko: «O tɛ kojugu ye».
A fɔlɔla u bɛɛ la dɔgɔnin na. A ko:
«E bɛ mun fɛ ne ciyɛn na?»
A ko: «Nafolo sima ani nafolo sintan, olu di ne ma n’o ye bagan ani nafolomugu ye».
A y’o d’a ma. O taara. O nɔfɛta, o ko:
«Diɲɛ sɛnɛfɛn kuru bɛɛ ka di ale ma».
Diɲɛ ɲɔsababu ni ɲɔ yɛrɛ bɛɛ dira o nɔfɛta ma. O fana, o y’i kɔdon, o taara. O nɔfɛta, o ko: «Dɔnniya kuru bɛɛ ka di ale ma, bari, maa bɛɛ b’i majigin dɔnnibaa ye, ko: dɔnniya, o ciyɛn tɛ ta mɔgɔ si fɛ».
A ye dɔnniya d’o ma. O fana taara. Denkɛkɔrɔba, se nana kɛ o ma. A y’o ɲininka, a ko: «Ne ɲɛ na, fɛn na nafama bannen, e ta na kɛ jumɛn ye?»
A ko: «Baba, muɲu-ka-sabali di ne ma. Ne bɛ o fɛ».
A ko: «E bɛ o fɛ?»
Ko: «Ɔwɔ, ne bɛ o fɛ».
A ye muɲu-ka-sabali di denkɛkɔrɔba ma. Denkɛkɔrɔba taara... Masa Ala ye cɛkɔrɔba wele. Cɛkɔrɔba taara Ala bara. O kɔ fɛ, denkɛ ncininnin, ni nafolo bɛɛ dira min ma, o nana jama kosɛbɛ! A bɛna nafolo tiɲɛ, a bɛna nafolo don daw fɛ, minnu tɛ da ɲuman ye, a tɛ koɲuman kɛ ni a ye. O ma bɛn nafolo ma.
Nafolo ko: «A! Nin tɛ kun ne nafolo la. Nafolo bada, ale ye fɛn dogolen de ye, nka kɛnɛkanfɛn, o tɛ a ye. Sisan, ne bɛ taa Muɲu-ka-sabali sɛgɛrɛ».
Nafolo kununa a la, nafolo taara Muɲu-ka-sabali sɛgɛrɛ n’o ye denkɛkɔrɔba ye. O kɔ fɛ, ɲɔtigi, o nana jama, ka jama, a tɛ siran mɔgɔ ɲɛ ; a tɛ malo mɔgɔ maa, a tɛ mɔgɔ bonya, a bɛ ɲɔ tiɲɛ kosɛbɛ! O ma bɛn ɲɔ ma.
Ɲɔ fana kumana ni o ye: «A! nin tɛ bɛn ne ɲɔ ma. Ɲɔ bada, o ye fɛn dogolen ye, nka n’e ma ne dogo, ne bɛ taa Muɲu-ka-sabali sɛgɛrɛ».
O fana taara Muɲu-ka-sabali sɛgɛrɛ. O kɔ fɛ, dɔnniya kuru bɛɛ dira min ma, o fana jamana, o tɛ malo mɔgɔ ma, a bɛ mɔgɔw lamaloya, a bɛ mɔgɔw jogin.
Dɔnniya ko: «A! nin tɛ bɛn ne dɔnniya ma. Ne bɛ taa Muɲu-ka-sabali sɛgɛrɛ».
Fɛn nin bɛɛ seginna ka taa Muɲu-ka-sabali sɛgɛrɛ. U bɛɛ tora Muɲu-ka-sabali ka mara kɔnɔ.

Sisan, cɛkɔrɔba, min tɔgɔ tun dara ko Muɲu-ka-sabali, o kɛra fɛn jumɛn taamasyɛn ye?, cɛkɔrɔba yɛrɛ, o kɛra Ala taamasyɛn ye. Denkɛkɔrɔba, o kɛra Yesu taamasyɛn ye, sabu Ala sabalila, Yesu fana sabalila...

Patience-et-Douceur

Il était une fois un roi si doux que ses sujets l’avaient surnommé ‘Patience et Douceur’. Il était très âgé. Comme le temps que Dieu lui avait réparti touchait à sa fin, il appelle ses fils et leur dit: «Approchez, mes enfants! J’ai accompli mon temps. Je veux dès aujourd’hui partager entre vous mon héritage»
Se tournant vers le plus âgé, il lui dit: «A toi de choisir en premier!»
L’aîné répond: «Non, Père, partage d’abord l’héritage entre mes cadets. Sinon, quand tu seras parti chez Dieu, ils diront que tu m’as privilégié par rapport à eux».
Le vieux dit: «C’est bon!»
Il commence par le benjamin et lui dit: 'Que désires-tu dans mon héritage?' - 'Donne-moi, répond-il, tous les biens qui se multiplient et ceux qui ne le font pas, je veux dire ton bétail et ton argent liquide'.
On le lui donne et il s’en va... Le suivant dit à son père: 'Donne-moi tout ton mil'.
On lui donne tout le mil et tout le matériel de culture. Lui aussi s’en va. Le fils suivant dit: 'Qu’on me donne toute la science. En effet il est presque impossible d’en hériter et tout le monde s’incline devant le savant'.
On lui donne la science. Lui aussi l’emporte. Arrive enfin le tour de l’aîné.
Le père lui dit: 'Je pense que toutes les choses dignes d’intérêt sont épuisées. Quelle peut être ta part?'
L’aîné répond: 'Papa, donne-moi ta patience et ta douceur. C’est cela que je désire'.
'C’est vraiment cela que tu veux?' - 'Oui, c’est cela'.
Et le père de donner à son fils aîné ‘Patience-et-Douceur’. Le fils aîné l’emporte. Peu de temps après, Dieu rappelle à lui le vieux roi. Il meurt... Aussitôt, le plus jeune des fils qui avait reçu les biens convoités (le bétail et l’argent), se met à faire la foire, à dépenser sans compter, sans regarder si ça en vaut la peine ou non. Il ne les utilise à rien de bien.
Cette manière d’agir devient si déplaisante aux Biens. qu’ils lui disent: 'Nous ne pouvons plus supporter ta conduite. Les biens qui durent ne peuvent qu’être des biens discrets. Nous partons à l’instant même chez ‘Patience-et-Douceur'.
Et les Biens disparurent pour se retrouver chez ‘Patience-et-Douceur’...  Le Possesseur du mil, lui aussi se met à faire le fier. Il ne craint ni ne respecte personne. Sans égard pour qui que ce soit, il gaspille son mil. Cela finit par déplaire au Mil qui lui dit: 'Moi, Mil, je ne peux supporter ça. Le mil qui ne s’épuise pas, on le cache. Puisque tu en fais l’étalage, je m’en vais trouver ‘Patience-et-Douceur’».
Et lui aussi s’en va rejoindre ‘Patience-et-Douceur’.
Celui qui avait hérité de la science, de son côté se met aussi à faire l’arrogant. Il n’a de considération pour personne. Il humilie tout le monde et les blesse. La Science, à son tour se rebiffe et s’en va trouver ‘Patience-et-Douceur’.
 Tout l’héritage est finalement revenu au fils aîné.

Encore maintenant l’héritage est en possession du fils aîné ‘Patience-et-Douceur’ qui le garde soigneusement.