Contes moraux - musokɔrɔnin fitiriwale - La femme ingrate

Musokɔrɔnin fitiriwale - La femme ingrate

Ayiwa, musokɔrɔba kɛra fitiriwale ye nkooro ma. Hali bi, o fitiriwaleya, o tɔ bɛ sen na. (O ye mɔgɔ jumɛn taamasyɛn ye. Ne ɲɛ na, o ye Zida bɔnsɔnw de ye.)

 

 

Musokɔrɔnin fitiriwale

Nin kɛra masakɛ dɔ ye. Masakɛ in, ɲɔ tun bɛ a fɛ, nka a ka ɲɔ tun tɛ sɔrɔ wari la, a tun tɛ sɔrɔ fɛn wɛrɛ la, delili tun t’a sɔrɔ. Masakɛ in ko: « «ni ale bɛ ɲɔ di mɔgɔ o mɔgɔ ma, fɔ i ka diɲɛ labankan fɔ a ye, n’o tɛ, ale ka ɲɔ tɛ di i ma. Bɛɛ y’i sen don k’i bolo don, mɔgɔ si ma masakɛ ka ɲɔ sɔrɔ.
Musokɔrɔnin dɔ tun bɛ yen, den tun t’a fɛ, a ye denw sɔrɔ, denw bɛɛ banna, fɔ a mɔdennin kelen. Musokɔrɔba tun tɛ ɲɔ sɔrɔ a yɛrɛ la. A ye masakɛ ko mɛn, a ko: « «A! n mɔden, an ka wuli ka taa masakɛ fɛ bi, (wala)sa an ye se ka surɔfana sɔrɔ, n’o tɛ kɔngɔ bɛna an faga dɛ!
U wulila, u ye sira minɛ. U bɛ sira fɛ. Sira kɛrɛ fɛ, si dɔ bɛ yen, nkooro bɛ o wo la. U sera o ma. Nkooro y’i kan bɔ, a ko: «A! Musokɔrɔba, aw bɛ taa min, e ni e mɔdennin?»
A ko: «A! ne ye masakɛ ko mɛn ko ɲɔ bɛ a bolo, nka kɔngɔ digilen ne la, ne bɛ taa (wala)sa masakɛ ye ɲɔ di ne ma».
A ko: «yali diɲɛ bankan bɛ e da wa? Masakɛ ka ɲɔ tɛ sɔrɔ mɔgɔ fɛ wari la, a tɛ sɔrɔ mɔgɔ fɛ delili la fɔ i ka diɲɛ labankan fɔ».
A ko: «A! Diɲɛ labankan tɛ ne fɛ».
A ko: «Ne bɛ diɲɛ labankan fɔ i ye. N’i taara, i b’a fɔ masakɛ ye ko diɲɛ bɛ laban fitiriwaleya kan; ko n’o kɛra, i na ɲɔ sɔrɔ».
Musokɔrɔba taara. A taara se masakɛ ma. A ko: «Masakɛ, su rɔ, ne sira kɔngɔ la, n ma to dun. Ayiwa, ne nalen bɛ ka i deli, i ka se ka ɲɔ di ne ma».
A ko: «Diɲɛ labankan bɛ i da wa?»
A ko: «Ɔwɔ»
Ko: «Diɲɛ labankan ye fɛn jumɛn ye?»
A ko: «Masakɛ, ko: « «diɲɛ bɛ laban fitiriwaleya de la».
«E! A! K’i ye diɲɛ labankan sɔrɔ».
A ye ɲɔ kɛ musokɔrɔba kun, ka dɔ di a mɔdennin ma. U y’u kɔdon, u nana. U sera nkooro ma, k’a kɛ ikomi u bɛ tɛmɛ dɔɔnin, musokɔrɔba hakili jiginna nkooro la, a y’i kɔyɛlɛma ka na. A ko: «A! Ɲɔ sɔrɔla, nka, a tɔ ye nako ye. Nkooro y’i kun bɔ wo la gɛrɛ!» A ye nkooro minɛ.
A ko: «A! ne ye ɲɔ sɔrɔ masakɛ fɛ, nka ne bɛ e kɛ ɲɔ na ye». A ye nkooro tɔn tigɛ, k’o bila a ka ɲɔ kan. A nana so. A ye to tobi ka nkooro tobi o kɔrɔ. A ye nkooro sogo bila a da, nkooro kolo balanna a kan na. Musokɔrɔba sara.

 

Ayiwa, musokɔrɔba kɛra fitiriwale ye nkooro ma. Hali bi, o fitiriwaleya, o tɔ bɛ sen na. (O ye mɔgɔ jumɛn taamasyɛn ye. Ne ɲɛ na, o ye Zida bɔnsɔnw de ye.)

 La vieille femme ingrate

Il était une fois un roi. Ce roi possédait du mil, mais son mil ne pouvait s'acquérir avec de l'argent, ou d'autres choses, on ne pouvait même pas le quémander. Le roi disait qu'il ne donnerait pas de mil à qui que ce soit, à moins qu'on ne lui dise le mot de la fin du monde. Sans quoi, il ne donnerait pas de son mil. Tous ont fait des pieds et des mains pour en avoir, personne n'a pu obtenir le mil du roi... Il y avait là-bas une vieille femme sans enfants. Elle en avait eu, mais tous étaient morts, il ne lui restait qu'une petite-fille. Elle-même n'avait plus la force de gagner son mil. Elle entendit parler du roi et dit 
-  Ah! Ma petite-fille! Allons trouver le roi aujourd'hui pour avoir de quoi souper, sinon nous allons mourir de faim!
Elles partent et prennent la route. Elles avancent. Au bord du chemin se dresse un karité. Un varan de terre logeait au creux de l'arbre. Arrivés à hauteur du karité, le varan les interpelle en disant
- Ah! Grand mère, où vas-tu toi et ta petite-fille ?
Elle lui répond :
- Ah! J'ai entendu dire que le roi a du mil, la faim nous tenaille, je vais le trouver pour qu'il nous en donne.
Le varan lui dit :
- Connais-tu par hasard le mot de la fin du monde? Le mil du roi ne s'obtient ni avec de l'argent, ni avec des supplications, mais seulement si on lui révèle le mot de la fin du monde.
- Ah, je ne possède pas ce mot là.
- Je vais te le révéler. Arrivé là-bas, tu diras au roi que le monde finira sur l'ingratitude. Tu auras alors du mil.
La vieille femme part. Elle arrive chez le roi et lui dit :
- O roi, hier soir j'ai passé la nuit avec la faim au ventre, sans manger de 'to'. Je viens te supplier de me donner du mil.
Il lui répond :
- Connais-tu le mot de la fin du monde?
- Oui, je le connais.
- Et le mot de la fin du monde, c'est quoi ?
- O roi, le monde finira dans l'ingratitude.
- Bravo! tu as trouvé le mot.

Le roi chargea la vieille femme de mil et en donna à sa petite-fille. Elles ont fait demi-tour et ont repris la route. Arrivées à hauteur du varan, elles allaient le dépasser quand la vieille femme s'en est souvenu. Elle revient et dit :
- Ah! J'ai eu du mil, il ne me manque que de quoi faire la sauce.'
Le varan a à peine sorti la tête de son trou que la vieille l'attrape et dit :
- J'ai bien eu du mil chez le roi, mais c'est toi qui feras la sauce de mon mil.
Elle lui tranche le cou et le met sur son mil. Arrivée à la maison, elle a cuit son 'to' et cuisiné la viande de varan à côté. Quand elle a pris de la viande dans sa bouche, un os du varan est resté planté dans sa gorge. Elle mourut.

Morale : la vieille femme fut ingrate envers le varan... De nos jours encore l'ingratitude court le monde.