Cɛbilencɛ (Falajɛ) - Danse de Masques

Cɛbilencɛ (Falajɛ)

La danse des Cɛbilencɛ est une très ancienne réjouissance qui, dans le temps, a connu plusieurs changements. Toutefois chez les bambaras et en particulier dans la région de Falajɛ, elle reste une des réjouissances les plus populaires.

 

 

 

 

 

 








Cɛbilencɛko ye ɲɛnajɛ ye an fɛ bamana na min daminɛna kabi bi tɛ, kabi an bɛnbaw fɔ ka se an faw ma. Ɲɛnajɛ in, a ka kɔrɔ kosɛbɛ. A tun bɛ kɛ cogo min na fɔlɔ ani sisan, o laadaw tɛ kelen ye, cogoya caman yɛlɛmana a la.
Fɔlɔ, ni cɛbilencɛ tun bɛ bɔ don min, a ɲɛnajɛ tun bɛ kɛ, mɔgɔ o mɔgɔ, cɛ wala muso, ni fini-finman bɛ i la, ni o ye gala ye, i tun tɛ se ka taa a ɲɛnajɛkɛyɔrɔ. Katugu fana, ni i tun bɔtɔ sera ka na kɛnɛ na, mɔgɔ si tun tɛ se ka boli ka o ɲɛkɔrɔ tigɛ. O y'a sɔrɔ : u ka basi bɛ u bolo.
O waati la fana, cɛbilencɛ ɲɛnajɛ tun tɛ ni saya tɛ wala ni dokowaati tɛ. O doko waati ye samiyɛdonda ye, hali bi, o bɛ kɛ sisan.
O waati ni bi ta, danfarada min bɛ o ni ɲɔgɔn cɛ, o ye: sisan cɛbilencɛ bɛ se ka kɛ ni aw bɛnna a la k'a fɔ dugu maakɔrɔw ye ko: aw b'a fɛ ka ɲɛnajɛ kɛ, wala ni seli dɔ sera, u bɛ labilali di aw ma. Aw bɛ ɲɛnajɛ kɛ. Sisan fana, hali ni fini-finman bɛ i la, i bɛ taa cɛbilencɛ ɲɛnajɛkɛyɔrɔ. O b'a jira an na k'a fɔ : fɔlɔ ta ani sisan ta, yɛlɛmaliba donna a la.


Cɛbilencɛfini

Cɛbilencɛfini dɔ tun bɛ fɔlɔ, cɛbilencɛbɔrɔw tun bɛ fɔlɔ minnu tun ye finijugu ye. Finijugu tun don cogo di? O fini, n'i tun donna o cɛbilencɛbɔrɔ la ka dɔn kɛ, n'i binna ka i to bɔrɔ in kɔnɔ, i bɛ sa. O tun bɛ sɔrɔ mun fɛ? O fini tun ye sufini ye. Sufini don cogo di ? Ni mɔgɔ tun sara, fini min tun bɛ biri o la, u tun bɛ o fini ta k'a bɔ o su la k'o kala k'o kɛ cɛbilencɛfini ye. O la sa, mɔgɔ o mɔgɔ tun donna o bɔrɔ la, n'i tun binna, u tun bɛ balasen yɛlɛma ka kɛ sufoli ye i kun. N'o tun kɛra, i tun tɛ mɛn n'i ma sa. Nka sisan, o bɔra an na; sisan fini fɛn o fɛn, o bɛɛ bɛ se ka kɛ a ye. Mɔgɔ tɛ sɔn bilen ka sufini bɔ a la ka o kɛ cɛbilencɛfini ye. Sisan taw, i yɛrɛ b'a san sugu la, wala i bɛ finikɔrɔ dɔ ɲini k'o kala k'o kɛ cɛbilencɛfini ye.





Cɛbilencɛbere (Basi min bɛ cɛbilencɛ bolo)

Cɛbilencɛw fana, basi min bɛ u bolo, samiyɛdonda o samiyɛdonda, u bɛ o basi sɔn. Basi min don, u b'a fɔ o ma ko : cɛbilencɛbere. U bɛ o sɔn samiyɛdonda ni syɛ ye. O la sa sisan, caman bɛ, olu ma sɔn o bere tali ma bilen. O de y'a to :cɛbilencɛko cogoya, a yɛlɛmana kosɛbɛ. N'i ye fɔlɔ lajɛ ka se sisan ma, i b'a dɔn k'a fɔ ko yɛlɛmaliba donna a la.
Cɛbilencɛko, ni mɔgɔ tun sara, ni mɔgɔkɔrɔ don, cɛbilencɛw tun bɛ taa ɲɛnajɛ kɛ a sangabonda la. U tun bɛ dɔn kɛ don o don su, fɔ ka saya kunɲɔgɔn se. O la, ni u tun taara dɔnkɛyɔrɔ su fɛ, e cɛbilencɛ fana, i man kan ka dɔn kɛ ka bin saanbonda la, ko o man ɲi.

 




Cɛbilencɛdɔnkɛ cogoya

Mɔgɔ o mɔgɔ fana, n'i tun bɔra ka cɛbilencɛ ɲɛkɔrɔ dɔn, i man kan ka bin saanbonda la, n'o tɛ ko o man ɲi i ma. O de y'a to : cɛbilencɛko, mɔgɔ o mɔgɔ fana n'i bɛ kɛ cɛbilencɛ ye, fɔ a ka sɔrɔ : i ka kɛnɛ kosɛbɛ, katugu a dɔn ka gɛlɛn. Ni i man kɛnɛ dɔrɔn, i mana kɛ cɛbilencɛ ye, i bɛ i yɛrɛ malo katugu i na bin k'i to dɔn na.
Fɔlɔ, cɛbilencɛdɔn fana ani sisan ta dɔn, u cogoya tɛ kelen ye dɔɔnin fana. Sisan cɛbilencɛdɔn, a ka gɛlɛn. U bɛ dɔnsuguya bɛɛ dɔ kɛ a la. Nka fɔlɔ ta tun ye dɔnɲɔgɔnma ye, o dɔn tun ka nɔgɔ kosɛbɛ.... Ni samiyɛdonda fana tun surunyana, cɛbilencɛw ani balafɔla ani u ka cɛbilencɛmusoninw, u tun bɛ wuli ka taa dugusen fɛ ka taa ɲɛnajɛ kɛ mɔgɔw ye. U dɔw tun bɛ na ni syɛ ye, ba tun bɛ di dɔw ma. N'u tun nana ni o ye, u tun bɛ o kɛ ka u ka cɛbilencɛbasi sɔn. Cɛbilencɛmusonin minnu bɛ u nɔ fɛ, o ye : u tun bɛ npogotiginin fila wala saba latɔmɔ, ni u bɛ taa dugu o dugu, waasa u ka u ka bala ta u ye. O tun tɛ npogotiginin gansanw fana ye. Minnu bɛ, ni u kan ka di, u bɛ se dɔnkilida la, u bɛ se ka dɔn kɛ fana, olu fana tun bɛ latɔmɔ o cogo la, waasa ka taa cɛbilencɛw nɔ fɛ u ka yaalayɔrɔw la.
Ni u tun taara dugu min na, u tun bɛ su kelen wala su fila kɛ yen ka olu ɲɛnajɛ. O kɔ fɛ, u tun bɛ u to yen ka taa dugu wɛrɛ la tugunni. Ni o y'a sɔrɔ : taama tun man di u ye kosɛbɛ, u tun bɛ se ka segin fana o dugu kelen na ka na u ka so. Ni u tun nana ni o baganw ye, u ye fɛn minnu sɔrɔ dugu wɛrɛw la, u tun bɛ na syɛ kɛ k'u ka boli sɔn. U ye fɛn tɔw minnu sɔrɔ n'o ye baw ye, u tun bɛ o faga so kɔnɔ, ka u bolo fara ɲɔgɔn kan ka naw san, u tun bɛ o tobi, ka ɲɔgɔn ɲɛnajɛ kɛ o la ka o dun ani ka nisɔndiya.
Hali sisan, o taama kelen bɛ kɛ u fɛ, ni a samiyɛdonda sera, ni a mɔgɔ bɛɛ dafalen bɛ yen, aw bɛ wuli ka taa dugu wɛrɛ la ka taa aw ɲɛnajɛ. Ni aw ye fɛn min sɔrɔ o la, aw bɛ na ni o ye ka aw yɛrɛ nisɔndiya. Dɔw yɛrɛ bɛ wari caman sɔrɔ a sen fɛ fana. O la, cɛbilencɛko, a ka di kosɛbɛ, katugu cɛbilencɛw ka di mɔgɔw bɛɛ ye.
Anw fɛ, ɲɛnajɛ don, ɲɛnajɛ min bɛ, ni a ma tɛ bɔ abada. An ka farafinna, bamanana ɲɛnajɛ fɔlɔfɔlɔ don ani ɲɛnajɛ bɛɛ rɔ duman de don.

 

 

Cèbilencè (danseurs masqués du Bèlèdugu)

La (coutume) des (danseurs) 'cèblencè' chez nous en pays bambara ne date pas d'aujourd'hui. Elle s'est transmise de nos ancêtres à nos pères. Cette réjouissance est très ancienne, mais telle qu'elle avait lieu autrefois et telle qu'elle est maintenant, ses rites ne sont plus les mêmes. Bien des changements se sont introduits.
Dans le temps, le jour où les cèblencè sortaient et que la fête avait lieu, aucune personne, homme ou femme portant un habit noir-indigo, ne pouvait se présenter sur la place de danse. De plus, en arrivant, personne ne pouvait passer en courant devant les danseurs. En effet, ils portaient sur eux leur fétiche.
A l'époque aussi, les cèblencè ne dansaient que pour des funérailles ou les cérémonies du fétiche 'do'. Ces fêtes avaient lieu au début de la saison des pluies (hivernage). Elles ont encore lieu aujourd'hui.
Entre hier et aujourd'hui, les différences sont les suivantes : de nos jours, si vous vous mettez simplement d'accord pour dire aux 'anciens' que vous aimeriez organiser une danse de cèblencè ou bien à l'occasion d'une fête, ils en donnent la permission. Ce divertissement aura lieu. De plus, on peut aller maintenant sur la place de danse des cèblencè même si l'on porte un habit de couleur foncée. Cela montre clairement que de grands changements se sont introduits entre les rites anciens et ceux d'aujourd'hui.

L'habit des cèblencè

Autrefois, l'habit des danseurs cèblencè (la combinaison qu'ils portaient) était dangereux. Comment ça ? Cette combinaison, quand tu la mettais pour danser et que tu tombais ainsi vêtu, tu mourais. Quelle en était la cause? C'était le linge d'un cadavre. Quand quelqu'un mourait, le linceul qui servait à le couvrir, ils le retiraient du cadavre et le cousaient pour en faire un habit de cèblencè. Alors, pour toute personne qui mettait cette combinaison et tombait (au cours de la danse), le rythme du balafon se changeait en mélopée funèbre à son intention. Cela fait, peu après, tu mourais. Mais maintenant ce rite nous est épargné. De nos jours, la combinaison des danseurs peut être taillée dans n'importe quel tissu. Personne n'accepte plus de voler le linceul d'un cadavre pour en faire un habit de cèblencè. Pour ceux d'aujourd'hui, tu achètes toi-même le tissu au marché ou bien tu cherches un vieil habit pour le coudre en forme de combinaison de cèblencè.

Le bâton des cèblencè (fétiche des cèblencè)

Les cèblencè, au début de chaque saison des pluies font un sacrifice à leur fétiche qu'ils appellent : 'bâton des cèblencè'. Ils lui sacrifient une poule. A ce sujet, beaucoup maintenant n'acceptent plus de porter ce fétiche. C'est pourquoi (on peut dire que) les changements sont grands. Si l'on compare les rites d'autrefois avec ceux d'aujourd'hui, il faut avouer que de grands changements ont été introduits. Quand quelqu'un mourait, une personne âgée, les cèblencè allaient faire la fête à la maison mortuaire. Ils dansaient toutes les nuits pendant toute une semaine. Alors, toi, céblencè, tu ne devais pas tomber en dansant dans la cour du défunt, c'était mauvais (signe).

Manière de danser des cèblencè

En outre, qui que tu sois, quand tu entrais sur la piste pour danser en présence des cèblencè, tu ne devais pas tomber, sinon, cela t'était funeste. Pour cette raison, en qui concerne la coutume des cèblencè, personne ne devenait danseur masqué à moins d'être très agile, parce que cette danse est difficile. Si tu le deviens sans être très agile, tu vas risquer l'humiliation en tombant pendant la danse.
De plus, la danse des cèblencè d'antan et celle de nos jours ont de légères différences. Celle de ceux d'aujourd'hui est difficile parce qu'ils s'adonnent à toutes sortes de danses, alors qu'autrefois les danses se ressemblaient, d'où leur facilité.
A l'approche de la saison des pluies, les danseurs, le joueur de balafon et les jeunes filles du groupe s'en allaient en tournée pour proposer leur divertissement aux gens. Certains revenaient avec des poules, d'autres avec 5000 francs. Au retour, ils offraient la poule en sacrifice à leur fétiche. A chaque voyage les jeunes filles qui les suivaient étaient choisies au nombre de deux ou trois pour transporter le balafon. Ce n'étaient pas des jeunes filles quelconques : elles avaient une belle voix, elles dansaient bien aussi. On les choisissait sur ces critères pour suivre les danseurs dans leur itinéraire.
Une fois arrivés dans tel village, ils passaient deux ou trois nuits à le divertir, puis ils le quittaient pour aller dans un autre village. Si voyager ne leur plaisait plus beaucoup, ils pouvaient revenir dans ce même village et rentrer à la maison. Quand ils revenaient avec du bétail, avec les cadeaux reçus dans les villages, ils offraient les poules en sacrifice à leur fétiche. Quant aux autres cadeaux, à savoir : les chèvres, ils les abattaient à la maison, se cotisaient pour acheter les ingrédients pour la sauce, les faisaient cuire et se retrouvaient ensemble pour faire la fête et les manger.
Encore maintenant, cette coutume a cours : au début de l'hivernage, quand tous les acteurs sont disponibles, vous vous mettez en route pour divertir d'autres villages. Vous rapportez ce que vous avez reçu pour faire la fête. Certains reviennent de ces tournées avec beaucoup d'argent. Pour cette raison, la coutume des cèblencè est très agréable. Elle plaît à tout le monde. Chez nous, c'est un divertissement qui ne disparaîtra jamais.Dans notre Afrique, c'est la plus ancienne des réjouissances bambara et la plus agréable de toutes.