Contes moraux-le pèlerinage funeste

Makan taali - le pèlerinage funeste

Les bénédictions d'une sainte mère valent mieux que celles des pélerinages

Makan taali

 

  

          Nìn kɛra cɛ̀nin dɔ ye, à ko à ba mà ...ko :
- 'N Ma, ko : ne bɛ taa Makàn'.
- Ɛ ! A ko : 'N den, e kàna taa Makàn. E bɛ taa mùn wɛrɛ ɲini Makàn ?'
- 'Ɛ ! Ko n bɛ taa dùgàwu ɲini.'
- Ko : 'Kàna taa sa ! Ko e bɛ fɛn o fɛn ɲini dùbàbu rɔ, ò ɲini ne fɛ̌ yàn.'
- 'Ɛ ! Ko : N Ma,  ko ne bɛ taa kɔ̀yi.'
- 'E kàna taa sa ! I bɛ taa mùn wɛrɛ ɲini ?'
- Ko : 'Ne bɛ taa dùbàbuẁ ɲini.'
- Ko : 'N den, à to n ta la'. À y'a to ò la... 



Ǒ sànnàyɛlɛma, à ko : 
- N Ma ! ne bɛ taa Makan ɲìna.'
- Ko : 'N den, ne y'a fɔ i ye k'e kàna taa Makàn.'
- Ko : 'N nà taa kɔ̀yi.'
- 'E bɛ taa mùn ɲini yèn ?'
- ko : 'N bɛ taa dùbàbuẁ ɲini.' 
- 'I bɛ taa mǔn dùbàbu wɛrɛ ɲini yèn, i ba bɛ yàn, i ba dè ye ne ye, ko : i bɛ taa mùn wɛrɛ ɲini ?'
- Ko : 'N bɛ taa dùgàwu ɲini yèn.'
- Ko : ' Baasi tɛ.'
A ! Cɛ̀nin m'a to ba ta la.
  



Ala y'a kɛ, à taara. Ò y'a sɔ̀rɔ : ba ìn, à bɛ fǎ bònya kojugu. Su ni tìle à b'à bàto. À bɛ cɛ̀nin fǎ bàto fɔ k'à tɛ̀mɛ.  Cɛ̀nin kɔ̀ni taara Makàn sa. Ala y'a kɛ : à sùrùnyàna Makàn, à ma dòn fɔlɔ. Dùgu dɔ bɛ Makan so da la yènni nɔ, à sìra yèn. À sìlen, fajiri la, à bɛ taa à sɛli. Ala y'a kɛ, àle bɛ taa tùma min, ò y'a sɔ̀rɔ : tɔ̌ẁ bɔra kà ban. Jàma bɛɛ bɔlen sa, àle kelen taara k'o b'i sɛli, màa wɛrɛ tɛ mìsiri kɔnɔ bilen dɛ ! Àle kelen dònna sa. À bɛ sɛli la, à bɛ sɛli la... Ayiwa, dɔ ye sònyàli kɛ. Màa kan bɛ ko :
- 'A'ye nsǒn bɛ̀n ! A'ye nsǒn bɛ̀n ! A'ye nsǒn bɛ̀n!' 
Nsǒn, à gwɛnbaaẁ b'a kɔ dɛ, à taara i kari mìsiri kɔnɔ. (I y'a dɔn da fila bɛ mìsiri la.) Cɛ̀nin ... min ye sònyàli kɛ, ò bɔra ni da dɔ ye, àle bɛ mìsiri kɔnɔ sɛli la.



Mɔ̀gɔẁ nàna àle mìnɛ :
- 'Ɛ ! A! À bɛ yàn ! À bɛ yàn ! À bɛ yàn !
- À ko : 'Un ùn ! Ne tɛ nsǒn ye dɛ ! Ko : nsǒn tɛ̀mɛ̀na, k'à dònna dɔrɔn, à sinna kà bɔ ni da dɔ ye.'
- 'K'e tɛ nsǒn ye ?' 
- ko : han-hàn '
- Ko : 'i dǒ'n bɛ ka to yèn !
k'i ye nsǒn ye. 
- Ko : 'Ne tɛ sa ! Ko : ne tɛ !'  
- Ko :' Cɛ̌ o! ko e ye nsǒn ye. !'
- Ko : ne tɛ nsǒn ye ! Ko : à tɛ̀mɛ̀na .' - Ko : 'Ayi !'
-
ko : 'A' ye nǐn mìnɛ kɔ̀yi !'



Ǔ wàra cɛ̀nin mìna, ko sàrìya min bɛ yànni nɔ, màa min ye sònyàli kɛ yànni nɔ, ko :
'Min bɛ k'a la, a'y'o kɛ à la! Ɛ, ko : ò tɛ dɔ wɛrɛ ye dɛ ! : Aw b'a bolo tìgɛ.' Ǔ y'à bolo tìgɛ kà bɔ à la... .
Aa ! cɛ̀nin ko : à kɛra baara ye. Ni ne tùn ye n ba la fɔlenẁ ìn mɛn, aa, ne bolo tùn tɛ tìgɛ, ko : ǹka ne tɛ taa Makan bilen, n bɛ sɛ̀gin n kɔrɔ yàn. ..
         



Cɛ̀nin nǐn sɛ̀gìnna. À sɛ̀gìnnen, à dònna su fɛ̀. À ko à ba ye ko :
- 'N Ma !'
- Ko : 'Un'.
- 'ko i la fɔlen kɛra tìɲɛ ye.'
-
Ko : 'I nàna wa ?'
- Ko : ' Ne nàna'.
- Ko : 'N Ma, ko n bolo tìgɛ̀ra.'
- ' Ɛ! Mùn ye i bolo tìgɛ ?'
- Ko : ' Ɛ ! ko : ne yɛ̀rɛ ma se Makan bilen hun ! Ko : ne sìra yɔrɔ min nɔ, dùgu jɛlen ko ne bɛ taa sɛli la mìsiri la, ko : cɛ̀nin dɔ bòlìtɔ̀la taara.  Ò ye sònyàli kɛ, kà taa i  kari mìsiri kɔnɔ, kà bɔ...  ko : màaẁ taara ne sɔ̀rɔ yèn kà ne mìnɛ, ko : ne ye nsǒn ye, k'à sɔ̀rɔ, ne tɛ nsǒn ye dɛ ! A ! k'ǔ ye ne bolo kelen tìgɛ ...' -


'Aa ko :  N den ! ne y'a fɔ i ye dɛ ! Ne y'a f'i ye k'i kàna taa Makàn, i bɛ dùgàwu o dùgàwu ɲini, à ɲini ne fɛ̌ yàn, e b'a sɔ̀rɔ. Ayiwa, sisàn ne bɛ min fɔ, i fǎ dɛ ! Ni à y'a sɔ̀rɔ : ne y'ǒ bònya, k'o ye tìyɛn ye à ɲɛ mà yɛ̀rɛ-yɛ̀rɛ-yɛ̀rɛ, k'e fɛnɛ ye ne labònya, ayiwa, sa kà dùgu jɛ : Ala ka i bolo tugu ! 
Ǹka ni e ma ne bònya, ni ne ma kɛ kà e fǎ bònya, ayiwa, Ala kàna i bolo tugu!


Ǹka an bɛ don min na iko bì, den màgo tɛ à masa kumakan na, à màgo tɛ à ba kumakan na, foyi foyi . Ǔ sàgo ni ǔ dɔ̀ngɔ . Ǒ dè ye ù taabolo ye, ò man ɲì ! Bɛɛ kà i fǎ bàto, Bɛɛ k'i ba bàto. N'i cɛ̌ maa kɛ min ye, hali ni à ka dɔgɔ, à bàto. Àle dè ye i furu.

Ne y'ǒ tà yɔrɔ min nɔ, ne y'ǒ bìla yèn.

 

 

Le funeste pélerinage 

Il était une fois un jeune homme. Il dit à sa mère :
-        'Maman, je vais à La Mecque.'
-        'Eh !  Mon fils, dit-elle. ne vas pas à la Mecque ! Que vas-tu chercher d'autre à La Mecque ?'
-        'Eh, dit-il, je vais chercher des bénédictions
'
-        'Je t'en supplie, n'y vas pas! Tout ce que tu cherches dans ces bénédictions, demande-les moi ici.'
-        'Ah! Maman ! Je suis bien décidé à y aller.
-        'Je t'en prie, n'y vas pas. Que vas-tu chercher d'autre ?'
-        'Je vais chercher des bénédictions.'
-        'Mon fils, accède à ma demande.' Il l'a acceptée. ...

L'année suivante il lui dit :
-        'Maman, je vais aller à La Mecque cette année.'
-        'Mon fils, ne t'ai-je pas dit de ne pas y aller ?
-        'C'est décidé, je vais y aller.'
-        'Que vas-tu chercher là-bas ?'
-        'Je vais y chercher des bénédictions.'
-        'Que vas-tu y chercher d'autre ? Ta mère est ici, c'est moi ta mère, que vas-tu chercher d'autre ?'
-        'Je vais y chercher des bénédictions'
-        'Bon, Tant pis !'Le jeune homme ne s'est plus tenu à l'exhortation de sa mère.

Il est parti ... Dieu l'a fait partir.
Or, cette maman était parfaitement soumise à son époux. Nuit et jour, elle était soumise au père du jeune homme. Quant au jeune homme, il est parti pour La Mecque. Dieu l'a amené jusqu'aux abords de La Mecque...Il n'y est pas entré, mais il a passé la nuit dans une ville toute proche. Après y avoir passé la nuit, le lendemain, il part à la mosquée pour la prière de l'aube. Dieu fit qu'au moment où il s'y rendit, tous les autres étaient déjà sortis. Toute la communauté était donc sortie, quand il part seul faire sa prière dans la mosquée vide. Il y entre seul. Pendant qu'il y fait sa prière, un vol est commis dans la cité. On entend les cris des gens :
-        'Arrêtez le voleur ! Arrêtez-le ! Arrêtez-le ! Comme on le poursuivait, le voleur se précipite dans la mosquée. Elle avait deux portes. Le voleur s'enfuit par la deuxième porte, tandis que le jeune homme priait. Et c'est lui que les gens viennent attraper (en criant)
-        'Il est ici ! Il est ici !'
-        Il (se défendait) : 'Ce n'est pas moi le voleur ! Il vient de passer. Il était à peine entré qu'il s'est enfui par l'autre porte.'
-        'Ce n'est pas toi le voleur ?'-        'Pas du tout!'
-        'Tu es entré et tu es resté! Tu es entré et tu es resté! C'est toi le voleur, c'est toi qui a subtilisé (l'argent).
-        Je vous dis que ce n'est  pas moi ! Ce n'est pas moi ! 
-
Toi, mon gars ! C'est toi le voleur !
-        Ce n'est pas moi, il vient de passer.
-        Mensonge ! Empoignez-le !

Ils le prennent en déclarant que tout homme qui vole est soumis à la loi en vigueur chez eux et pas à une autre : on lui coupe la main.... Ils lui  coupent la main....
-        Ah s'écrie le jeune homme, quelle catastrophe ! Si j'avais écouté ma mère, je n'aurais pas eu la main coupée. Je ne vais plus à La Mecque, je fais demi-tour ici même.              

Le Jeune homme a fait la route en sens inverse. Il rentre chez lui en pleine nuit et dit à sa  mère.
-        Maman !
-        Oui!
-        Ce que tu m'as dit était bien vrai.
-        Te voilà revenu ?
-        Oui, Maman, je suis revenu, mais avec une main coupée.
-        Eh ! Qu'est-ce qui t'a coupé la main ?
-        Eh ! Je ne suis même plus allé à La Mecque. J'avais passé la nuit dans un village. A l'aube, je suis allé faire ma prière dans la mosquée. (J'étais seul). Un homme, un voleur qui s'enfuyait, s'est précipité dans la mosquée et il est sorti aussitôt par l'autre porte. Les gens qui le poursuivaient m'ont trouvé là-bas, ils m'ont empoigné en disant que j'étais le voleur, alors que je ne l'étais pas, et ils m'ont coupé une main.


-        Ah ! Mon fils, je te l'avais bien dit de ne pas aller à La Mecque et que toutes les bénédictions que tu cherches, tu n'avais qu'à me les demander et que tu les obtiendrais. Maintenant, voici ce que j'ai à dire : 'S'il est vrai que j'ai été fidèle à ton père, si c'est vrai de vrai. Si toi aussi m'as été soumis, alors, avant que l'aube ne paraisse, que Dieu te recolle ta main! Mais si je n'ai pas été fidèle à ton père, Que Dieu ne la recolle pas !  
         

Hélas ! De nos jours, les enfants ne tiennent aucun compte des paroles de leurs parents, ou des paroles de leur mère. Rien de rien ! Si ce n'est leur propre volonté et leurs désirs. C'est leur ligne de conduite. C'est  déplorable ! Tout le monde doit honorer sa mère. De même, on doit  honorer un mari, même s'il est d'humble condition, il faut lui être soumis, car c'est ton mari.

Je remets ce conte, là où je l'ai pris.