contes moraux-solidarité fraternelle

Badenya-Solidarité fraternelle

Les liens d'affection et de solidarité entre les enfants d'une même mère sont très puissants. Ce conte narre l'origine de la coutume du 'bèenninkan'. *  

À filɛ sisàn, cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba dɔ, à ye den fìla sɔ̀rɔ. Kelen ye cɛ̀man ye, kelen ye mùsòman ye. Mùsòman selen à sìgìyɔrɔ lɔ... cɛ̀man taara jùru tà jinɛ dɔ fɛ̀ ko : ni à ye den sɔ̀rɔ, à bɛ kelen kɛ kà jùru sàra. Jinɛ tùn ko : ni den taara bolokojɛ la, à kà di à mà... Màsa Ala nàn'a kɛ à ka sebaaya la : cɛ̌ ma dɔwɛrɛ sɔ̀rɔ den cɛ̀mà kelen kɔ. Ɔ, den sera boloko mà. ...




Dùgùtigi ye welewele da ko sisàn : dòlo ka di, ko : àle b'à fɛ̀ kà boloko kɛ. ko bɛɛ kà taa i ta
kofɔ. Àle bɔra yèn kà taa à somɔgɔẁ fɛ̀. Ɔ, àle dɔgɔninẁ àni à kɔrɔẁ ko : den selen boloko mà. Ɛ, ni à hakili bɛ à la jùru la, àle ye i sìgi. Dɔgɔninẁ wuli-wulilen, àle ko kɔ̀rɔ̀kɛ mà, ko :






- N den kà bɔ boloko rɔ.
- Ko : Ɔ ! ko : baasi tɛ, ko e tùn ka kan kà nìn fɔ an bɛɛ ɲɛ na dɛ ! Ko : e ma ò fɔ, fɔ tɔ̌ẁ wulilen. Nkà nìn tɛ' tiyɛn.
À ye dɔgɔninẁ wele ko :
- Àyìwà, ko : baasi tɛ ko : n dɔgɔẁ, ko : n den kà bɔ boloko rɔ, ko à fànga ma se.
- Ɔ, ko : ò tɛ kojugu ye.


Ò kɛra sènɲà kelen, ò filanan, à sɛ̀gìnna k'à kɛ à kɛcoko rɔ. Àyìwà, ù ko : ni à dafara sàba, ko ù bɛ ǔ sěn bɔ denko rɔ, ko : à yɛ̀rɛ kà tɛ̀mɛ ni den ye.



Sabanan nàna se. Dùgùtigi sɛ̀gìnna kà welewele da ko : dòlo ka di, ko : àle bɛ à fɛ̀ kà
boloko kɛ, ko bɛɛ kà taa i ta ko fɔ, ni dɔ bɛ min fɛ̀, ǒ k'ò fɔ. Kàbini ò kɛra, à taar'a ko fɔ. Ɛɛ ! Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba ye ù lajɛ̀ k'à ɲɛfɔ ù ye. Ù ko k'u ta bɛ' rɔ. Àle ko cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba ye tun ko den ma se boloko mà.
- Ɔ, ko anẁ sèn tɛ denko rɔ bilen, ko : i k'ǐ jɔ̀ ni den ye.







B
alemamuso ye ò mɛn minkɛni, à nàna kà na' fɔ :
- K'ǒ tùma ko : den tɛ boloko ? À tɛ bolokò
k'à da mùn na ?
- À ko : à sǐ bànna jànfa ma, Ko : ne ye jùru tà jɛnɛkɛ fɛ̀, e selen i cɛ̀la lɔ. Àyìwà ko : n maa den sɔ̀rɔ, ko kelen nà kɛ kà n na jùru sàra. Ko : ne ma dɔ wɛrɛ sɔ̀rɔ nìn kelen kɔ, ko ne tùn bɛ à to à bilakorolama
kà to : walasa n kà se kà n denko nège da. Ɔ, ko: à kǔn ye nìn ye, k'ǒ bànna jànfa mà.



Ɛ ! Balemamuso kan bɔra ko :
- Ǒ dòn wa ? Ko : ayi ! ko : den kà bolokò. Balemamuso wulila kà taa 'fɔ kɔ̀rɔ̀kɛẁ ye : sisàn, ǔ kà den bolokò. Ɔ, ko : fìla bɛ àle fɛ̀, ko àle bɛ kelen di à mà k'à kɛ kà ǒ jùru sàra.



Àyìwà, bolokodon nàna se, balemamuso ye à ka cɛ̀man kelen tà kà taa ò di balemakɛ mà ko :
- Taa nìn kɛ kà e la jùru sàra !
- Ɔ, ko : baasi tɛ, Bɛɛnninkɛ, k'e jɛ̀nna ?
- Ko : Àwɔ, ko ne jɛ̀nna.
- K'e jɛ̀nna ?
- Ko : Àwɔ ! 


Àyìwà, sòlìmàdenẁ bɔtuma jɛ la, bɛɛnkɛ ye bɛɛnnin mìnɛ, kà taa ni ò ye kà sin kà taa ò di jɛnɛkɛ mà, ko :
- I ka jùrùsara filɛ nìn ye.
Jɛnɛkɛ ye i jɔ̀ k'à lajɛ
- Ko : E den ye nìn ye ?
- Ko : Àwɔ, ko ne den dòn.
- Ko : E den dòn ?
- Ko : Àwɔ, ko : ne den dòn.
Jɛnɛkɛ ko :
- Àyi, ko nìn tɛ e den ye, ko : nìn ye e bɛɛnnin ye.
Àyìwà kà cɛ̀nin ɲìnìnka ko :
- E jɛ̀nna ko e kà i bɛɛnkɛ ka jùru sàra wa ?
- Ko : ɔ̀wɔ, ko : ne jɛ̀nna.
- K'e jɛ̀nna ?
- Ko : ɔ̀nhɔn
- Ko : ayiwa, ko n kɔ̀nɔ yàn.




Jɛnɛkɛ wàra dòn à la so kɔnɔ, kà sàgàjigi belebele mìna, kà bɔ ni ò ye kà ò bɔ k'ǒ bìn ko : cɛ̀nin kà ǒ sěn rɔmìna. Jɛnɛkɛ ye ò kantìgɛ k'ò di cɛ̀nin mà ko :
- I bɛɛnkɛ ka jùru sàràla bì, wà à sàràla sini. Ko : ǹka ko : fɔ kà taa diɲɛ kɛ min ye, ko : balemamuso danga.. ko : à kàna balemakɛ to, ko : Àyìwà, ko : bɛɛnninkan fana, ko i maa i bɛɛnnin jɛ̀ kan la, ko : i kà ò yɔrɔ dɔn i yɛ̀rɛ la.

Bɛɛnninkanko : ò kɔrɔ filɛ nìn ye.

 


 

Il était une fois un vieil homme. Il n'avait eu que deux enfants : une fille et un garçon. Une fois la fille partie au domicile conjugal, le fils s'en va contracter une dette chez un génie de la brousse, et lui promet, pour payer sa dette, de lui offrir en sacrifice un de ses enfants... (Il était convenu avec le djinn de le lui donner une fois circoncis)... Dieu, dans sa liberté toute puissante, ne lui accorda qu'un seul fils... Le fils parvient à l'âge de la circoncision.

Le chef de village réunit les chefs des grandes familles et leur dit : 'Voilà !Je compte organiser la circoncision cette année car l'étoile du matin est très brillante. Elle est favorable. Que chacun d'entre vous m'indique ceux qu'il veut y envoyer.' De retour à la maison, les cousins du papa, les aînés tout comme les cadets, conviennent que l'enfant a l'âge.. mais lui, pensant à sa promesse, se tait et reste assis. Après la réunion, quand ses cadets sont partis l'un après l'autre, il dit au chef de famille :

-
Il faut enlever mon fils de la liste.
-
Bon ! Tu aurais dû le dire en présence de tous les autres et non après leur départ. Mais, c'est réparable' lui dit l'aîné. On refait un petit palabre. Le papa dit à ses cadets :
- Rayons mon fils de la liste des futurs circoncis. Il n'en a pas encore la force. et chacun donne son accord.

À la circoncision suivante, même scénario. Les aînés et les cadets (chargés de l'éducation du neveu et des coutumes le concernant) disent alors :
-
La troisième fois, si tu persistes à n'en faire qu'à ta tête, nous renoncerons à nous occuper de lui, tu te débrouilleras tout seul.

La troisième année, l'étoile de la circoncision étant de nouveau favorable, le chef de village réunit encore les chefs de famille et leur demande de lui faire savoir s'ils comptent envoyer quelqu'un. Le chef de famille retourne chez lui, réunit les siens et transmet la demande. Chacun dit que tel enfant est du nombre. Mais, le papa, lui, dit au chef de famille :
-
Le mien n'est pas encore assez  vigoureux pour être circoncis.
Il lui dit :
- C'est bien ! Mais ne compte plus sur nous, Occupe-toi de lui tout seul!

La grande soeur apprend la mésentente. Elle vient et dit à son jeune frère :
- Tu ne fais pas circoncire ton fils? Pour quelle raison ?
Il lui répond :
- Il est trop jeune pour mourir !... Après ton départ chez ton mari, j'ai contracté une dette chez un génie et lui ai promis, que, lorsque j'aurai des enfants, je lui en offrirai un en sacrifice pour payer ma dette. Or je n'ai pas eu d'autre fils que celui-là. Je veux le laisser incirconcis pour assouvir mon désir d'enfant. Voilà la raison : Il a trop peu vécu pour mourir.

Alors, (prise de pitié), elle lui dit :
-
C'est donc ça ? Cela ne se passera pas ainsi ! Qu'on le circoncise !
La soeur se lève et dit aux aînés :
-
Faites circoncire l'enfant maintenant ! Moi, j'ai deux
fils, je lui en donne un pour payer sa dette.

La circoncision a lieu. La grande soeur prend alors un de ses fils et part le donner à son frère en lui disant :
- Pars le donner (au génie) en paiement de ta dette.
L'oncle interroge alors son neveu :
- Tu acceptes d'être offert en sacrifice ?
- Oui, tonton, dit le neveu
Il redemande alors à l'adolescent :
- Tu acceptes d'être sacrifié ?
- Oui ! répond-il

Le jour où les circoncis sortent de leur retraite, l'oncle emmène son neveu chez le génie de la brousse pour le lui offrir sans tarder.
- Voici, dit-il, (comme promis), le paiement de ma dette.
Le génie regarde bien l'enfant.
- C'est ton fils ? demande-t-il
- Oui' dit-il.
- C'est vraiment ton fils ?
- Oui, c'est mon fils.
-
Ce n'est pas ton fils, c'est ton 'bèennikè', le fils de ta grande soeur.
Il demande alors à l'adolescent :
- Tu acceptes d'être sacrifié pour payer la dette de ton oncle?
- Oui ! répond-il.
- Tu acceptes vraiment d'être sacrifié ?
- Oui ! répond-il.
Bon, attends-moi ! dit le génie.

Il entre alors dans sa maison et revient avec un gros bélier qu'il couche par terre.
-
Tiens-lui les pattes ! dit-il, et il égorge le bélier. Cela fait, il le donne au garçonnet en lui disant :
-
La dette de ton oncle est définitivement payée. Désormais, tant que durera ce monde, que la malédiction de la soeur, n'épargne pas son frère . Que l'oncle qui refuse de donner au fils de sa soeur le cou d'un animal sacrifĩé (bɛɛnninkan) , qu'il en subisse les conséquences .....! dit le génie, ..


(Voilà l'origine et le sens de notre coutume de donner au fils de sa soeur le cou des animaux sacrifĩés [bèènnin-kan])

J'ai remis ce vieux conte là où je l'ai trouvé....

* le neveu (bɛɛnninkɛ) d'un oncle (bɛɛnnin) : époux de la soeur du papa, a droit au cou (kan) de toute bête (chèvre, mouton ou vache abattue chez son oncle un jour de fête) = bɛɛnnin-kan