contes moraux-obéissance aux parents

Obéissance aux parents

L'obéissance aux parents est salutaire. La désobéissance mène à la ruine.

Nìn kɛra cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba dɔ ye. Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba nìn, à ye denkɛ cɛ̌ sàba dě sɔ̀rɔ. Denkɛ cɛ̌ sàba nìn sɔ̀rɔ̀len, Hàlìmami y'a ɲìnìnka :
- A! Ko : àyìwà, Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba, ko denẁ tɔgɔ dara ?
Ko : Ù tɔgɔ ma da, k'ǒ kàna kɔrɔtɔ. Ko ni ù tɔgɔ da don sera, à bɛ nà à fɔ Hàlìmami ye...

Denkɛ fɔlɔ, ǒ sǐ sera : sǎn mùgan, ǒ nɔ̀kànta sàn tan ni duuru, ǒ nɔ̀kànda sàn tan ... Don dɔ sɔ̀gɔmà, à wulila kà se Hàlìmami fɛ̀, à ko :
- Hàlìmami, àyìwà, bì, n b'a fɛ̀ aw kà nà n ka denẁ tɔgɔ weele.

Àyìwà Hàlìmami nàna.
À ko Hàlìmami mà ko :
- I bɛ hàkɛ to, ne yɛ̀rɛ bɛ n denẁ tɔgɔẁ wele. A! n mana min tɔgɔ wele, ko : aw bɛ dùgàwu kɛ ò la. À ko :
- N denkɛ fɔlɔ nìn, à tɔgɔ ko : Fàkanmɛn.


Hàlìmami ye dùgàwu kɛ ò la. À ko :
- N denkɛ filanan, à ko : ò tɔgɔ ko : Bakanmɛn.

Hàlìmami ye dùgàwu kɛ ò la. À ko :
- N denkɛ sabanan, ò tɔgɔ ye ko : Nyɛ̀rɛ̀kanmɛn.

Hàlìmami ye dùgàwu kɛ ò la. Àyìwà, ò bɔra, sìlàmɛẁ wulila. Ù taara.
Ù tora tèn fɔ... sàmìya nàna kà nà se.
À ko :
- Fàkanmɛn ni Bakanmɛn ni Nyɛ̀rɛ̀kanmɛn, à ko : an kà taa fòro la ! 


Ù ni cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba taara. Àyìwà, wulada fɛ̀, k'ǔ b'a fɛ̀ kà nà dòn so tùma min, san fìnna. San fìnnen, cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba ko :
- A ! ko : Fàkanmɛn ni Bakanmɛn àni Nyɛ̀rɛ̀kanmɛn, à ko : san fìnnen ! An kà taa so, bawò yàn ni so ka jàn.

Ù taara. Ù bɛ nà fòròkɛnɛ ban tùma min, sanji bìra. San ye gɔ̀sìli damìnɛ wuruuuu ! Àyìwà so ni kungo ka jàn, Ù tɛnà so sɔ̀rɔ. Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba ìn ko :
- Fàkanmɛn, Bakanmɛn àni Nyɛ̀rɛkanmɛn ! Nsìràwòba dɔ bɛ yèn, an kà taa dǒn yèn, ni san tìgɛ̀ra tùma min na, an bɛ taa so.


Ù taara kà taa dòn nsìràwo ìn na. Yàa ! Nsìràwo ìn, ɛ, bìlìsi la so dòn. Àyìwà, ù tora tàn. San bi nà, san bi nà, san tɛ kà sɔ̀n tìgɛ̀li mà. Bìlìsi fana, àle bòlìla, à b'a sìyɔrɔ màgwɛn. À nàna kà nà i jɔ̀ da la. À nàna mɔ̀gɔẁ kasa tà. À dònna.
- E ! ko ne tìlènna bì tɔgɔma na, ne ma dumuni sɔ̀rɔ, Yàa ! Ala kɛlen kà dumuni ɲini k'à bìla ne ɲɛ. Hà ! à ko : nǐn ɲɛ̀na !

À y'i sìgi. À tora tèn, cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba n'à denkɛ cɛ̌ sàba da la. Àyìwà, fìtiri nàna kà nà se. (Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba hami ye mùn ye sisàn ?) Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba... à ye à yɛ̀rɛ yɛrɛyɛrɛ damìnɛ. À bɛ yɛrɛyɛrɛ. À ko :
- Hɛ ! à ko : Fàkanmɛn ! Nɛnɛ bɛ ne la, ɛ ! nɛnɛ bɛ ne la, à ko : n'i ma taa dɔgɔ dɔ ɲini kà nà à di ne mà n k'ò cin, à ko nɛnɛ bɛ ne fàa dɛ !

Fàkanmɛn bɔra .
Ò taara, ò mɛɛnna... ò ma sɛ̀gin. Ɛ ! Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba ye yɛrɛyɛrɛli damìnɛ tun. À ko :
-
E ! Bakanmɛn, Ah ! Nɛnɛ digilen ne la dɛ! À ko : Nɛnɛ bɛ ɲini kà ne fàa. Fàkanmɛn taara, ò ma sɛ̀gin. N'i ma bòli kà taa kà nà, ko nɛnɛ nà digi n na.


Bakanmɛn, ò fana bɔra... Hɛ ! ò taara. Ò mɛnna kà mɛn kà mɛn kà mɛn... ò ma sɛ̀gin. Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba bɛ yɛrɛyɛrɛ, à bɛ yɛrɛyɛrɛ, à ko :
- Ɛ ! Nyɛ̀rɛ̀kanmɛn, ɛ ! à ko : nɛnɛ digilen n na. Ne ye Fàkanmɛn ci... ò ma nà, kà Bakanmɛn ci dɔgɔɲini na ... ò ma na, à ko : Ɛ! Nyɛ̀rɛ̀kanmɛn ! I t'i jijà i kà taa lɔgɔnin ɲini kà nà, n kà tasuma kǔndòn ? Nɛnɛ digilen n na, nɛnɛ bɛ ɲini kà n fàa.'




Nyɛ̀rɛ̀kanmɛn ko cɛ̀ƙɔ̀rɔ̀ba mà, à ko : - Aa ! Bwǎ, à ko : tìyɛn na, ne tnà se kà bɔ sanji nìn kɔrɔ, à ko : Fàkanmɛn taara, ò ma nà, Bakanmɛn taara, ò ma nà, àyìwà ko : ne Nyɛ̀rɛ̀kanmɛn kà taa, tìyɛn na, ko : ne tnà se kà bɔ sanji nìn kɔrɔ.


Àyìwà, cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba tora tèn. À ko :
- Àyìwà, Nyɛ̀rɛ̀kanmɛn, ni e tnà se kà taa, ne yɛ̀rɛ bɛ bɔ, n bɛ taa
dɔgɔnin ɲini kà nà yaasa n bɛ ne najà.


Ala y'a kɛ, cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba fana bɔra. Ò taara ... denkɛ cɛ̌ fìla nìn Fàkanmɛn ni Bakanmɛn nɔ̌ fɛ̀ so.
À mɛɛnna, kà mɛn. E ! Nyɛ̀rɛ̀kanmɛn ko :
- Fàkanmɛn ma sɛ̀gin, Bakanmɛn ma sɛ̀gin, cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba yɛ̀rɛ ma sɛ̀gin. Ne ko : Ee! A! ko : nìnnu mɛɛnna sa dɛ ! ... À ko : i jɔ̀ ! N kà taa nìnnu sira lajɛ dɛ ! 



Bìlìsi ko :
- ko mǔn ? ko ɛ ! ko e kɔ̀ni ko tɛ ɔ ! Ayi ! À ko : Fàkanmɛn taara, à ma sɛ̀gin, Bakanmɛn taara, à ma sɛ̀gin, cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba yɛ̀rɛ kan bɛ ko e kà taa, ko e
ma sɔ̀n kà taa. Ko : cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba yɛ̀rɛ taara, ko : ò ma sɛ̀gin. Ne bi sɔ̀n e kà taa wa ? Ne kɔ̀ni tɛ sɔ̀n ko : e kà taa ɔ !
Bìlìsi ye Nyɛ̀rɛ̀kanmɛn mìnɛ k'à
fàga k'à dun k'à kɛ à surɔfana ye.

Il était une fois un vieil homme qui eut 3 fils. L'imam l'a questionné :
- Vieux, quels noms ont-ils ?'
- Ils n'ont pas encore de nom, ne sois pas pressé. Quand viendra le jour de leur imposer un nom, je te le ferai savoir. ...

Quand l'aîné eut 20 ans, le second en avait 15, et le troisième 10. ... Un jour, le vieil homme se lève pour rendre visite à l'imam. Il lui dit :
- Imam, aujourd'hui, j'aimerais que tu viennes imposer un nom à mes enfants.

L'imam vient. Le vieux lui dit :
- Pardonne-moi ! C'est moi-même qui vais leur donner un nom. Quand j'aurai imposé un nom à l'un, tu feras les bénédictions. Le nom de mon fils aîné, dit-il, c'est 'J'obéis-à-papa'.

L'imam lui fait des bénédictions.
- Le nom de mon deuxième fils, c'est 'J'obéis-à-maman'.'

L'imam lui fait des bénédictions.
- Le nom de mon troisième fils, c'est 'J'en-fais-à-ma-tête'.

L'imam lui fait des bénédictions. Bon, il s'en va, suivi de tous les frères dans la foi ... Les voilà partis.
Ils sont restés comme ça jusqu'à ce que vienne la saison des pluies. Alors, le vieux appelle 'J'obéis-à-papa', 'J'obéis-à-maman', 'J'en-fais-à-ma-tête' et leur dit :
-  Partons au champ!

Ils partent avec leur vieux père. Bon, dans l'après-midi, au moment où ils voulaient revenir à la maison, le ciel s'assombrit. Alors le vieux dit aux trois fils :
- Retournons à la maison car d'ici la maison, il y a un bon bout de chemin.

Ils prennent la route.
Au moment où ils vont dépasser le bout du champ, voilà la pluie qui tombe à verse. Elle les bat wuruuu ! La distance est grande de la brousse au village. Impossible de l'atteindre. Le vieux dit aux 3 fils :
- Il y a là-bas un gros baobab creux. Entrons-y! Quand la pluie s'arrêtera, nous retournerons au village. 

(Malheur ! Ce baobab creux était le domicile d'un démon...) Bon, Ils y restent ainsi... La pluie continue. Elle refuse de s'arrêter... De son côté, le djinn , court rejoindre l'endroit où il passe la nuit. Il arrive et s'arrête à l'entrée. Il sent l'odeur des hommes. Il entre en disant :
- Ah ! J'ai marché toute la journée sans trouver de nourriture et voilà que Dieu l'a cherchée pour moi et me l'a préparée. C'est parfait !

Il s'assied. Il reste ainsi, auprès du vieux et de ses trois fils.... Le crépuscule est tout proche, il arrive. (Quel peut bien être le souci du vieil homme ? ...) Il commence à grelotter. Il grelotte et dit à 'J'obéis-à-papa' !
- J'ai froid, j'ai froid ! Si tu ne vas pas chercher du bois et me l'apporter pour une flambée, c'est sûr ! le froid va me tuer.'

'J'obéis-à-papa' sort.
Il est parti, cela fait longtemps, mais il ne revient pas. Le vieux se remet à trembler. Il dit à 'J'obéis-à-maman' :
Tu vois, le froid me transperce, je suis près de mourir de froid. 'J'obéis-à-papa' est parti et ne revient pas. Si tu ne vas pas en chercher et m'en apporter, je vais terriblement souffrir du froid.

J'obéis-à-maman' sort lui aussi. Il part. Le temps passe, passe, passe. Il ne revient pas. Le vieux tremblote, tremblote et interpelle 'Je-n'en-fais-qu'à-ma-tête' :
- J'ai froid, dit-il, j'ai envoyé 'J'obéis-à-papa', il n'est pas revenu, j'ai envoyé 'J'obéis-à-maman' chercher et me rapporter du bois de chauffage, il n'est pas revenu. Eh ! Toi, 'Je-n'en-fais-qu'à-ma-tête', tu ne ferais pas de ton mieux pour chercher et me rapporter un peu de bois, que je me fasse une flambée ? J'ai froid, je meurs presque de de froid.

Je-n'en-fais-qu'à-ma-tête' répond au vieux
- Ah, Papa ! Vraiment, je ne peux sortir sous une telle pluie. 'J'obéis-à-papa' est parti sans revenir, 'J'obéis-à-maman' est parti, il n'est pas revenu. Et moi 'Je-n'en-fais-qu'à-ma-tête', je devrais partir ? Ah, vraiment, je ne peux affronter cette pluie.

...Bon, le vieux est resté ainsi. Il dit alors :
- 'Je-n'en-fais-qu'à-ma-tête' ! Si tu ne peux y aller, je vais sortir moi-même à la recherche d'un peu de bois de chauffage pour me réchauffer.

Alors, le vieux sort, lui aussi, il part à la maison sur les traces de 'J'obéis-à-papa' et de 
'J'obéis-à-maman'... Le temps passe, passe ...'Je-n'en-fais-qu'à-ma-tête' dit :
-  'J'obéis-à-papa' n'est pas revenu, 'J'obéis-à-maman'. n'est pas revenu, le vieux lui-même ne revient pas. Ah, cela fait trop longtemps. 'Attends ! dit-il au djinn, je vais aller voir sur la route.

Le Démon dit :
- Quoi ! Eh là! Ce n'est pas ton affaire ! Tu n'iras pas ! 'J'obéis-à-papa' n'est pas revenu, 'J'obéis-à-maman' n'est pas revenu. Le vieux lui-même t'a demandé d'y aller et tu as refusé. Il est lui-même parti sans revenir. Et j'accepterais que tu t'en ailles! Jamais de la vie !' ...
Et le Démon a attrapé 'Je-n'en-fais-qu'à-ma-tête', il l'a tué et dévoré en guise de souper.