contes moraux-nalonmaya-savoir fermer les yeux

Nalonmaya - Savoir fermer les yeux

L'éducateur doit savoir parfois fermer les yeux

N y'a da cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba dɔ la. Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba ìn, denkɛ cɛ̀ wolonfìla tùn b'a fɛ̀. Don dɔ la, à n'a denkɛ cɛ̀ wolonfìla ìn sìgìlen bàro la. À ko à denkɛ dɔ mà :
- Ne bɛ nà nsiirin nìn da n yɛ̀rɛ la. À ko : 'ntɛɛntɛ'.

Denkɛ dɔ y'à lamìnɛ :
- Misà.

À ko :
- Ne denkɛ cɛ̀ wolonfìla, yala ne mana sà, a' jɔnni bɛnà se kà ne ka du màra ne kɔ ?

Denkɛ cɛ̀ wolonfla nìnnu sìgìlen ye ɲɔgɔn ɲɛnajɛ... Kelen tùn bɛ yèn, ò ko :
- Bàa, ne bɛ se kà i ka du màra i sàlen kɔ fɛ̀.

Ò kɛlen, à ko : 
- Baasi tɛ, e bɛ ne ka du màra, ne mana sà ?

À ko :
- Ɔ̀wɔ.
ko
:
- Taa dùgu kɔnɔ, i kà nalonma cɛ̌ sàba ɲini kà nà di yàn.

Denkɛ cɛ̀ kelen min ko àle bɛ se kà du màra à, à taara dùgu kɔnɔ kà taa nalonma cɛ̌ sàba nìn ɲini. À taara i yaala dùgu kɔnɔ k'ǐ yaala k'ǐ yaala. À taar'a sɔ̀rɔ, kamalen dɔ bɛ jàmàba sìgìlen na yèn,. Kamalen dalen bɛ sìnɔgɔ la. À taara i bolo da kamalen kàn k'à yigiyigi , k'à fɔ ko :
- N tɛrikɛ, k'i kà nà, ko Bàa ko tèn.

Kamalen wulila, à y'a nɔ̌mìna. Ù taara se cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba mà. À ko :
- Bàa, ko i ka nalonma cɛ̀ fɔlɔ filɛ.

À ko :
- A ! I ye nìn ka nalon dɔn cogo dì?

À ko :
- Bàa, ne taara nìn dalen sɔ̀rɔ jàmàba la. Jàma sìgìlen bɛ, à kelen dalen bɛ sìnɔgɔ la. 

À ko :
- Jàmà-nà-sinɔgɔla, i bi se kà sìnɔgɔ jàma na, i fàrìkolo fàn bɛɛ ti se kà sinɔgɔ.
Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba ko tèn ko :
- Baasi tɛ, A ! ... à ko : n denkɛ, ko ò ye nalonma ye.
Sisàn, taa nalonma cɛ̀ filanan ɲini kà nà.

Ɛ ! cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba denkɛ wulila tun, à taara dùgu kɔnɔ. À y'i yaala. Dubalenba bɛ yèn, gɛlɛba bɛ à kɔrɔ. À taara à sɔ̀rɔ : cɛ̀kùlùba sìgìlen bɛ yèn gɛlɛ la. Cɛ̌ dɔ bɛ yèn, ò bɛ k'à mùso kɔrɔfɔ k'àle mùso bɛ sònyàli kɛ ko à bɛ àle ka fɛnẁ tà kà ko caman kɛ. À ye i jɔ̀. À ye ǒ cɛ̌ wele, à ko :
- N tɛrikɛ, k'i kà nà ko : Bàa ko tèn.

À ni àle nàna ɲɔgɔn fɛ̀, à ko :
- Bàa : i ka nalonma cɛ̀ filanan filɛ.

À ko :
- N denkɛ, k'i ye nìn ka nalon dɔn
cogo dì ?
À ko :
- N taar'a sɔ̀rɔ, nìn bɛ kà à mùso kɔrɔfɔ jàmàba cɛ la k'a mùso b'à ka fɛnẁ sònya, à b'a ka ɲɔ̌ẁ sònya, à b'a ka wariẁ sònya.
Ne ko :
- Cɛ̀, e ka baarada ye kà i ka mùso kɔrɔfɔ jàma na ! ko Bàa, ò ye naloma ye !

Cɛ̀kɔ̀rɔ̀ba ko :
- A! N denkɛ, ko ò ye tìɲɛ ye, ko Ɔ ! Taa nalonma cɛ̀ sabanan ɲini kà nà !

Kamalen ìn sìgìlen y'i kan to ko :
- Bàa, ko e yɛ̀rɛ ye nalonma ye.
- Ɛ! ko : N denkɛ, k'i ye ne ka nalon dɔn cogo dì ?
-'Ɛ ! (ko) Bàa, ko : anẁ cɛ̀ wolonfìla ye e bolo, ko n'i y'a ye i sera kà anẁ màra, k'e dè ye nalonnen ye, n'i tùn ma nalon, k'i tùn tɛ se k'anẁ màra... kàtuguni mɔ̀gɔ o mɔ̀gɔ, i maa kɛ jàmàtigi ye, i ka jàma maa bònya, n'i ma se kà nalon, i tnà se kà ǒ jàma màra. Mɔ̀gɔ, i bɛ ko dɔ ye k'à ye k'à to yèn kà sɔ̀rɔ i b'a dɔn, Ǹka i bɛ i yɛ̀rɛ kɛ nalonma ye k'à sɔ̀rɔ i ma nalon.

 

Ne ye ǒ sɔ̀rɔ yɔrɔ min, ne ye ǒ bìla yèn

 


 

Il était une fois un vieil homme. Un jour ce vieux, qui avait 7 fils, était assis et causait avec eux. Il dit à l'un d'eux :
- Je vais raconter une histoire. Il commence par la formule traditionnelle : 'Conte'.

Un de ses fils lui donne la réplique
Misa.

Le vieux leur pose alors cette question :
- Mes fils, quand je serai mort, qui d'entre vous sept sera capable de diriger la famille en mon absence ?

Les 7 fils se regardent ... puis l'un d'entre eux répond :
- Papa, je pourrai diriger la famille après ta mort.

- Bon, dit alors le vieux, tu peux diriger la famille après ma mort ?


- Oui ! dit-il.
- Dans ce cas, pars au village, cherches-y trois imbéciles et ramène-les moi.'

Celui des 7 fils qui disait pouvoir diriger la famille en son absence se lève. Il part au village, s'y promène et trouve un jeune homme (couché) en train de dormir au milieu d'un groupe assis. Il pose la main sur le jeune homme, le secoue et lui dit :
- Mon ami, viens, c'est sur ordre de papa.

Le jeune homme se lève et le suit. Ils arrivent chez le vieux. Le fils lui dit :
- Papa, voici ton premier imbécile.

Bien, dit-il, et comment as-tu reconnu sa sottise ?

- Papa,  j'ai trouvé ton premier imbécile couché au milieu d'une foule. Tous les autres étaient assis, lui seul dormait, vautré.

- Un dormeur au milieu d'une foule, (ça se trouve), mais il ne devrait pas dormir complètement, souligne le vieux, qui ajoute : C'est bien, mon fils, c'était un imbécile...
Maintenant, pars chercher et me ramener le deuxième.

Bon, le fils du vieux se lève de nouveau et part au village. Il se promène. Il y avait là-bas un grand arbre à palabres avec au-dessous une grande estrade. Il y trouve un bon groupe d'hommes assis sur l'estrade. Un mari était en train d'engueuler sa femme en la traitant de voleuse, de chapardeuse et de tous les noms. Il s'arrête, interpelle l'homme et lui dit :
- Mon ami, viens ! C'est un ordre de papa.

Ils viennent ensemble et il le présente au vieux en disant :
- Papa, voilà ton deuxième imbécile.
- Ah, mon fils, comment l'as-tu reconnu ?
- Papa, répond-il, je l'ai trouvé près de l'estrade en train de quereller sa femme au milieu d'un tas de gens et de la traiter de voleuse, de chapardeuse de son mil et de son argent. Je lui ai dit :
- Est-ce ton 'travail' de quereller ta femme devant tout ce monde ? Papa, c'est un bel imbécile.

Le vieux dit : 
- Ah, mon fils, c'est bien vrai. Pars chercher le troisième et ramène-le moi.

Son fils reste assis et réplique :
- Papa, toi-même en es un !
- Eh, fiston, comment as-tu reconnu que j'en suis un ?
- Ah ! Papa ! Vois-tu ? Tes sept fils que voici sous ta direction, si tu as réussi à nous élever, c'est que tu es un imbécile. Si tu ne l'étais pas, tu n'aurais pas pu nous éduquer. En effet, tout homme qui a du monde sous ses ordres, à moins de faire l'imbécile, ne peut le diriger. Tu vois des choses, tu les as vues, mais tu les laisses, alors que tu es bien au courant. Tu fais comme si tu étais un imbécile, alors que tu ne l'es pas.'

 

J'ai remis ce conte là où je l'ai pris.