Fais-toi des amis - Taa teri ɲini - (bilingue bambara-français)

Père Charles Bailleul alias Baabilen Kulubali; illustrations de Svetlana Amenangpoe

Editions Donniya à Bamako (Mali) 2000

20 pages, illustrations couleurs, 14 x 22 cm.

Hors Mali 5,34€

Diffusion au Mali: Editions Donniya 1500 Fcfa

L’amitié! Un véritable ami, si insignifiant qu’il puisse paraître, fera tout ce qu’il peut pour vous...

Conte bambara-Français

Un père fortuné, sentant sa fin prochaine, appelle son fils unique et lui recommande de se faire des amis pour qu'ils lui viennent en aide après sa mort, sinon les envieux vont le dépouiller de son riche héritage.
Il lui donne une vache pour lier amitié.
L'enfant rencontre les singes rouges et la leur donne en gage d'alliance. Le père trouve ce choix malencontreux.
Il lui donne une autre vache pour trouver d'autres amitiés. L'enfant la remet en cadeau à la reine des fourmis.
En désespoir de cause, le vieux père lui donne une dernière vache en espérant qu'il trouvera mieux, mais l'enfant lie amitié avec une vipère.
Le père meurt désespéré... mais de fait, tous ces amis, si méprisables en apparence, viendront au secours de l'enfant.

de 7 à 77 ans....

 

Extraits...

N'y a da dugumasa dɔ la. Nafolo caman tun b'a fɛ. Nka, den si tun t'a fɛ denkɛ kelen kɔ. A kɔrɔla.
A y'a fɔ a den ye ko «N den, ne kɔrɔla kaban. Ni ne sara tuma o tuma, ni teri tɛ i la, u bɛna i ka nafolo bɔɔsi i la ... Misi caman bɛ yen, n bɛ misi kelen di i ma, i ka taa teri ɲini, ni ne sara tuma min, o na se ka i mago ɲɛ.»
O dugujɛ, a ye misi kelen d'a ma. A taara. A yaalala. A ni warabilenw taara bɛn.
A ko «Warabilenw! Ne bɛ teri ɲini n yɛrɛ la. Ntura kelen bɛ n bolo, n b'o d'aw ma, aw ka kɛ n teriw ye.»
Olu ye o minɛ ko «i ni ce! ko o diyara an ye.»
Ayiwa, a nana. Fa y'a ɲininka. A ko «I ye teri sɔrɔ?»
A ko «Hɔnhɔn! Ko n ye teri sɔrɔ.»
A ko «O bɛ minni?»
A ko «A! N taara a di warabilenw ma kungo la, ko u ye ne fo, ko a diyara u ye.»
A ko «A! I ma foyi kɛ, i ma se k'o kɛ fɛn wɛrɛ ye fɔ warabilenw, u bɛ mun ɲɛ ne kɔ? N bɛ kelen d'i ma, i ka taa teri wɛrɛ ɲini.»
…………
Ayiwa, o ma mɛn, fa sara. Min bilara dugu kunna, n'o ye faama ye, o ko ale b'a fɛ ka a ka nafolo fara a ta kan, katugu, denmisɛnnin, o tɛ se ka nafolo mara k'a sɔrɔ a fa tɛ yen.
Ayiwa, musokɔrɔnin dɔ tun bɛ yen, o ko «Maa tɛ se ka maa faa gansan, fɔ i ka baara dɔ d'a ma, ni i y'a dɔn a tɛ se ka min kɛ. O tuma na, n'a ma se k'o kɛ, o bɛ sɔrɔ ka faa.»
Dugumasa ko «O ye mun ye?»
A ko «Dugumasa, nsirasun bɛ i ka so kɔ fɛ. i y'a dɔn maa tɛ se ka yɛlɛn a la.
N'i y'a fɔ a ye sisan, a k'i gɛlɛya k'o den bɛɛ bɔ a san fɛ k'u bila dugu ma, hali kelen kana ci, n'a ma se k'o kɛ, e min ye faama ye, k'i tɛna a faa? Ko o tɛ i jo sɔrɔlen ye wa?»
Faama ko «O ye tiɲɛ ye.»
O ye mɔgɔ bila ka taa a fɔ a ye... Cɛnin kasira. A donna kungo kɔnɔ. A bɛ yaala. A ni warabilen taara bɛn.
A ko «N teri wa?»
A ko «Hɔnhɔn, ko ne don.»
A ko «I bɛ kasi mun na?»
A ko «E! Ko n bɛ faa sini!»
Ko «K'i faa?»
Ko «Hɔnhɔn, ko a fɔra dugumasa fɛ k'o bɛ n faa sini.»
Ko «Mun na?»
Ko «Nsirasun bɛ a ka so kɔ fɛ, a den ka ca, ko n ka a den bɛɛ bɔ k'u bila dugu ma, hali kelen kana ci... ne bɛ se k'o kɛ cogo di?»
A ko «Taa i da ka sunɔgɔ, ko o tɛ kasikun bɔ. Dugu mana jɛ, i na taa a lajɛ!»
Warabilen fɛn o fɛn bɛ o kungoda la, o ye ci sama o bɛɛ ma. Dugu bɛ jɛ tuma min, u yɛlɛnna k'u dɛrɛn jiri la. Warabilen bɛɛ ma yɛlɛnyɔrɔ sɔrɔ.
Dɔ b'a tigɛ, o b'a don dɔ bolo, dɔ b'a bila dugu ma ... dɔ b'a tigɛ, dɔ b'a don dɔ bolo, dɔ b'a bila dugu ma, fɔ ka taa den bɛɛ ban, k'u ton a jukɔrɔ.
Ayiwa ... u taara a kunu ko o ka taa nsira lajɛ, n'a y'a sɔrɔ, den kelen bɛ a san fɛ, u b'a faa.
U taar'a lajɛ k'u kun jan fɔ k'u ka banfula bin. u ma kelen ye a la. U ye nsiraden bɛɛ ta k'u lajɛ. O y'a sɔrɔ hali kelen ma ci. U y'a to yen. U taar'u sigi. Musokɔrɔ yɛrɛ kɔnɔganna.
Dugumasa ko «Musokɔrɔ, a ye nsiraden bɛɛ tɔmɔ kaban. U y'a lajɛ, foyi ma ci a la, a kisɛyara!»
…………

A tɔ bɛ sɔrɔ gafe kɔnɔ…

Il était une fois un grand chef de village
Ayant beaucoup de biens ... Comme il prenait de l'âge
Il dit à son unique fils 'Je suis très vieux.
Lorsque je serai mort surgiront des envieux.
Si tu n'as point d'amis, ils prendront tes richesses ...
Je te donne un taureau. Pars chercher un ami
Qui te sera utile après ma mort. Ca presse !'
Le fils s'en est allé comme il l'avait promis.
Tout en se promenant, le voilà qui rencontre
Une troupe de singes rouges auxquels il montre
Le taureau. 'Je me cherche des amis, dit-il.
C'est un cadeau pour vous ... Pour moi soyez gentils
Et liez amitié.' Les singes ont accepté
Le remerciant beaucoup. A son retour, le père
Lui demanda 'Alors ! Tu as donc fait affaire ?'
'Oui, j'ai trouvé' - 'Où çà ?' Et le fils de conter
Son pacte d'amitié avec les singes rouges
Et leurs remerciements, leur amabilité.
'Tu n'as rien fait de bon ! Ah, tu n'es qu'une courge !
Tous ces écervelés ont-ils utilité ?
Autre taureau voici pour chercher des amis !'
…….
Suite du texte dans le livret...

Peu après, le vieux meurt... Ce dont il se doutait
Arriva. Le nouveau chef placé au village
Fait savoir sans tarder qu'il veuille accaparer
Tous ses biens, prétendant qu'en l'absence du père
Un aussi jeune enfant ne peut pas les gérer...
Une vieille, là-bas, au regard de sorcière
Dit alors 'On ne peut l'occire sans motif.
Donnons-lui un travail qu'il ne pourra pas faire.
S'il y échoue ou si nous le trouvons fautif
Nous pourrons le tuer.' Cela eut l'heur de plaire
Au roi qui dit 'De quoi s'agit-il?' - 'Eh, grand roi!
Derrière ta maison, dit-elle, maléfique,
Il est un baobab en fruits, si gros, si droit
Qu'on ne peut y grimper sans formule magique?
D'ici demain matin, qu'il cueille tous les fruits
Les pose sur le sol, sans qu'aucun ne se fende.
S'il n'y arrive pas, c'en sera fait de lui,
Qu'on lui coupe la tête ou alors qu'on le pende.
'Bonne idée, dit le roi, qu'on aille le lui dire !'
Le message est transmis ... L'enfant, tout éploré,
Agité, part en brousse imaginant le pire.
Un singe le rencontre et dit 'Pourquoi pleurer,
Mon ami ? Qu'y a-t-il ?' - 'Demain, je vais mourir !'
'Mourir ! Et comment ça ? Tu es d'humeur macabre !'
'C'est que le roi m'a dit que je dois parvenir
A cueillir tous les fruits du baobab, cet arbre
Derrière sa maison, d'ici demain matin,
Les ayant déposés sans qu'aucun ne se casse.
Sinon, ils me tueront. Tel sera mon destin '
Le singe dit 'Pars dormir sans que ça te tracasse.
Tout cela ne vaut pas un motif de pleurer.
Demain matin, tu iras voir.' Aussitôt le message
Est transmis à tous les singes dans les parages.
Au point du jour, le baobab en est bourré.
Les uns cueillent les fruits, d'autres les acheminent
De main en main pour les poser jusqu'au dernier
Au pied du baobab... Un vrai jeu ! Ils terminent
Et s'en vont prestement leur brousse regagner.
Ils viennent de partir, quand les gens sont allés
Réveiller l'orphelin. En courant, ils l'entraînent
Au pied du gros arbre... Ils en sont pour leur peine !
Pas un fruit dans le ciel, au sol, nul fruit fêlé ...
Ils ont dû l'épargner... La sorcière a pesté...
….
. Suite du texte dans le livret...