La petite souris qui a perdu son enfant - ɲinɛnin - (bilingue bambara-français)

Père Charles Bailleul alias Baabilen Kulubali

illustrations de Svetlana Amenangpoe (pseudonyme : Fatinia Aaron)

Editions Donniya à Bamako (Mali) 1997

20 pages, illustrations couleurs, 14 x 22 cm.

Hors Mali 5,34€

Diffusion au Mali: Editions Donniya 1500 Fcfa

Une souris a perdu son fils unique et interpelle Dieu en lui disant qu'il y a un défaut dans sa création... - Tu as tout créé, tout est bien et beau... Alors, pourquoi mon fils est mort? ...- - La mort? Ce n'est pas moi qui l'ai mise dans le monde, lui répond Dieu, c'est vous mêmes!"
Alors maman Souris s'écrie: - O roi, toi qui es si bon, tu ne pourrais pas nous sauver de la mort?-

la petite souris conte bilingue bambara français

"Ɲinɛnin" (Petite souris), est l'histoire d'une maman souris dont le fils unique vient de mourir. Elle s'adresse à Dieu en lui reprochant l'imperfection de sa création. Un reproche qui déplaît au Créateur et qui le pousse, à l'aide des autres animaux, à en rechercher l'auteur : maman souris est alors directement confrontée à Dieu. Une fable (à la manière de Jean de La Fontaine) joliment racontée, qui délivre un message philosophique : la maman éplorée, au nom de toutes les créatures, fait appel au pardon de Dieu. Une forme complexe, (en vers et au passé simple) et une morale religieuse qui ne sont pas facilement accessibles au jeune lecteur mais qui méritent de s'y attarder longuement. Les illustrations très douces et anthropomorphes (les animaux habillés et placés dans un contexte africain) apportent une autre lecture, plus légère, au texte très littéraire et très touchant de cet ouvrage.

Le texte bambara est enrichi d'une double page avec des sourates du Coran et des versets de la Bible

A partir de 12 ans

N y'a da ɲinɛnin na.
Ɲinɛnin dɔ tun bɛ yenni na, den kelen pe tun b'a fɛ. Bana ye o den kelen in minɛ. Bana ma kun a la. Den segira a kɔ. A sara. Makariko !
Ɲinɛnin y'a fɔ a somɔgɔw ye : " Aw ka taa den su don !"
Den su donnen kɔ, ɲinɛnin ko ale tɛ sunɔgɔ. Dugu tilalen, a ka dumɔgɔw bɛɛ dalen kɔ, ɲinɛnin ye a ka dununin ta, ka i sigi a ka dukɛnɛ na.
A y'i bolo maga dununin na ka Ala tanu ko :" Masa Ngala, i ɲɔgɔn tɛ ! Sankolo ni dugukolo, o ye i ka fɛndalen ye : kɔnɔ min bɛ pan, jiri min bɛ falen dugu ma, ji min bɛ boli, o bɛɛ ye i ka fɛn dalen ye. Nka, i ye fɛn minnu bɛɛ da, fiɲɛ bɛ yɔrɔ dɔ la. O fiɲɛ... A ! O bɛ an kɔnɔgan haali !"
O kuma in fɔlen, ɲinɛnin bolila ka taa i dogo farawo kɔnɔ...

(a tɔ kalanta bɛ liburunin kɔnɔ)

Dugumɛnɛw wulila ka tugu ɲɔgɔn kɔ, ka taa se farawo in da la, ko :" Ɲinɛ ! K'i tɛ bɔ ?"...
U girinna ka don wo la, ka bin ka don a si jukɔrɔ k'a cin. Dɔw donna a tulo kɔnɔ, dɔw donna a nu kɔnɔ.
O kɛlen, ɲinɛ ko : " A'ye n to yen! Ni aw b'a fɛ ka ne faga, aw na ne faga Masa Ngala yɛrɛ ɲɛ na. Nka, kuma min bɛ ne fɛ k'a fɔ, ne na o fɔ.
" Ɲinɛ bilara u ɲɛ ka taa. U sera Masa Ngala yɔrɔ.
Masa ngala y'i kan to :" Ɲinɛ ! Dunukan min bɔra su rɔ, e de don wa ?"
A ko :" Hɔnhɔn !"
A ko :" O tuma na, i ko fiɲɛ min bɛ ne ka fɛn dalen na, fiɲɛ kelen min bɛ nin na, n'i ma o jira ne la bi, fiɲɛ min b'a la, i na o si dɔn !" Ɲinɛ ma kuma.
Kungo sogow tɔw bɛɛ ko :" Ɲinɛ ! I n'a fɔ bi dɛ ! I bɛ ka koba se anw ma"...

Masa Ngala ! Ne ma ne ka kuma fɔ baasi la. Den kelen tun bɛ ne fɛ, o segira a kɔ su rɔ. O tuma na, o de ye ne dusu kasi kosɛbɛ. O tuma, ne ko fiɲɛ min bɛ i ka fɛn dalen na, o fiɲɛ ye yɔrɔnin de ye. Mun na ne den sara ?"...

Masa Ngala ko : " Saya ... ne ma saya bila a la, aw yɛrɛ de ye saya bila aw yɛrɛ la.
" O tuma, ɲinɛnin ye i kan to :
" E ! Masa Ngala ! E min ta ye ɲumanya dan ye, i fana ma se ka yafa anw ma ko kura, ka an kisi saya ma ?

(Extraits)

Il était une fois une maman souris.
Elle n'avait qu'un fils. Las ! La mort le lui prit.
Qui peut trouver douleur semblable,
Déchirement plus pitoyable?
Souris dit à ses gens :" Le coeur me fend ...
Allez ! ... Enterrez mon enfant."

Quand tout est accompli, que nuit déjà s'avance,
D'autres peuvent dormir, Souris n'est que souffrance.
N'y tenant plus, elle prend son tam-tam,
S'en va s'asseoir dans sa cour intérieure,
Et, soutenant son chant du rythme des pam-pam
Ose interpeller Dieu dans ses hautes demeures.

"O roi des rois, à toi nul n'est semblable!
L'oiseau qui prend son vol, la source intarissable,
Les bois et les forêts chantent leur créateur.
Et pourtant, ô grand roi, force m'est de le dire,
Ton oeuvre est imparfaite, un défaut la ternit
Qui nous serre le coeur, toute joie nous retire."....

(suite du texte dans le livret...)

 

...Le roi des cieux poursuit aussitôt son enquête:
- "Le tam-tam qui parlait cette nuit, c'était toi,
Souris ?" - "Oui, Roi des rois, c'était bien moi."
- "Alors ! Tu dis que mon oeuvre est mal faite?
Où est ce seul défaut ? ...Allez! Dis-le! Sinon ..."

Souris lève la voix
Elle dit : - «O Seigneur, écoute ma défense:
J'avais un fils unique et nous vivions heureux.
Il est mort hier soir...Insondable est ma peine...
Si ton oeuvre est parfaite, alors, pourquoi sa mort?»

- La mort, leur répond Dieu (faut-il qu'on vous le dise?),
Votre méchanceté, vos haines, vos passions,
L'ont amenée chez vous, je ne l'y ai pas mise."
A quoi maman Souris, dans un cri de confiance:
- Ah ! Seigneur, Roi des rois, dans ta toute puissance,
Ton infinie bonté, ne pourrais-tu encor
Pardonner à tes fils, nous sauver de la mort ?

Baabilen Kulubali alias Charles Bailleul 8/2/67